La jeune pousse Truebill aide l’utilisateur à mieux gérer ses finances en simplifiant les désabonnements.

FinTech : La start-up Truebill facilite la gestion des abonnements

Plusieurs outils s’immiscent dans les finances des particuliers ou des professionnels pour les aider à mieux les gérer. C’est le cas dans le domaine agricole par exemple. Et en général, cela génère un certain bien-être pour les salariés. Pour améliorer la santé des comptes en banque de ses clients, Truebill a une méthode particulière. La start-up soutenue par Y Combinator traque les abonnements mensuels sur le compte bancaire de l'utilisateur et lui permet d'y mettre fin en un clic. En effet, nombreux sont ceux qui par paresse ou phobie administrative renoncent à se désabonner d’un journal qu’ils ne lisent plus ou d’un club de gym auquel ils ne vont plus… et perdent ainsi des dizaines d’euros par mois.  

Truebill souhaite mettre fin à ce type de situations. A l’origine de ce projet, les frères Yahya et Idris Mokhtarzada, gravitent tous deux depuis plusieurs années dans l’écosystème start-up américain. Sur le site de Truebill, ils expliquent que la manière de dépenser de l’argent a changé et c’est la raison pour laquelle la façon de le gérer doit évoluer aussi. Selon eux, l’économie de l’abonnement est en plein boom et c’est donc à ce créneau qu’ils ont choisi de s’attaquer. La jeune pousse collabore avec des entreprises comme Plaid pour examiner les relevés bancaires des utilisateurs et leur permettre d’identifier leurs abonnements pour qu’ils puissent, s’ils le décident, y mettre fin facilement.

Lorsqu’un client de la jeune pousse s’est déjà désabonné d’un service, Truebill connaît le processus, qui s’en trouve dès lors facilité pour les aspirants au même désabonnement. En revanche, dans le cas contraire, si c’est une entreprise avec laquelle la start-up n’a jamais traité, il faut lui laisser le temps d’automatiser la procédure. Cette plateforme pour gérer l’ensemble des souscriptions se révèle particulièrement utile en cas d’expatriation par exemple, quelques minutes suffisent pour annuler son forfait téléphonique, celui d’internet, de la box, du magazine, du bouquet de télévision par satellite etc. D’autres applications sont également envisagées : les fondateurs espèrent bientôt recommander des abonnements plus adaptés. En ayant toujours le même souci de sécurité et de protection des données.

La version bêta est désormais disponible et compatible avec 19821 banques. Comme beaucoup d’outils FinTech, le but est simplement de permettre à l’utilisateur d’économiser de l’argent et du temps. Et pour en profiter, pas besoin de s’abonner.

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste