Alors que le paiement mobile semble en plein boom en B2C, l’usage du chèque serait encore largement diffusé en entreprise.

Paiements électroniques des entreprises : des freins encore trop prégnants

Plus de 70% des organisations américaines auraient du mal à se convertir aux paiements électroniques. Il s’agit du constat principal tiré de l’ AFP Electronic Payments Survey 2013 publiée en collaboration avec J.P. Morgan.Principales raisons invoquées : la difficulté de convaincre ses clients de payer de manière électronique (82%), la difficulté de convaincre les fournisseurs bégalement (74%), le manque de ressources informatiques liées à la mise en œuvre de ces paiements est clairement identifiée (71%) ainsi que le manque de format standard quant aux informations de paiement (70%) ou encore le manque d'intégration entre les systèmes de paiement et les comptes électroniques (66%). En conséquence, seules 11% des organisations utilisent aujourd'hui la technologie mobile pour effectuer des paiements, et seulement 32% projettent de le faire au cours des trois prochaines années. Le chèque malgré de sérieux replis depuis 2007 continue donc de tenir la dragée haute. Il est en effet encore utilisé dans la moitié des transactions B2B.

Le paiement électronique pourtant à la base de facilités de gestion et plus sécurisé

Parmi les organisations utilisant plusieurs devises pour leurs transactions, 65% ont choisi le virement bancaire électronique. Les directeurs financiers semblent en effet apprécier les économies de coûts permises par ce moyen de paiement (57%), l’amélioration des prévisions de trésorerie (46%), le contrôle de la fraude (39%) ou encore les possibilités de pointage plus évidentes (37%). En fait, si le chèque reste à la base des transactions nationales, cela vient du fait que son format a pu se dématérialiser. En effet, l’imagerie des chèques ainsi que la conversion des débits ACH se sont généralisées redonnant une seconde vie au support papier. Si la transmission EDI implique un format électronique, l’e-mail utilisé dans 21% des paiements reçus et le fax dans 22% constituent des moyens de communication au service du règlement papier.

Des systèmes d’informations encore trop peu adaptés

Le système ACH permettant à la fois paiements électroniques et traditionnels a été largement adopté par les organisations américaines. En effet 78% peuvent intégrer directement ce type de paiement dans leur système d’information et 73% en recevoir les règlements de manière automatisée. Cette adoption est déjà bien moins répandue en ce qui concerne la carte bancaire. Moins de la moitié des organisations voient l’intégration automatique de leurs paiements par carte dans leur système d’information et à peine plus d’un tiers peut en rapprocher les règlements dans celui-ci. Cependant, bien qu'une part relativement faible des organisations utilise actuellement le paiement mobile, celui-ci pourrait être utilisé dans la fourniture des justificatifs de paiement (37%) ou d’informations relatives au paiement (37%) ou encore dans l’approbation des règlements (36%) dans un futur proche.

Rédigé par Pierre-Marie Mateo
Journaliste