Fintech

Quand la blockchain assure

  • 13 Août
    2018
  • 2 min

La technologie blockchain pourrait s'avérer très utile pour le secteur de l'assurance. De récentes études chiffrent à plus d'un milliard de dollars ce nouveau marché.

La blockchain, cette « technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, fonctionnant sans organe central de contrôle », fait de plus en plus parler d'elle. Si les crypto-monnaies comme les Bitcoins ont fait connaître ce nouvel outil, la FinTech est loin d'être le seul secteur concerné. L'énergie, ou encore la mobilité s'approprient déjà cette technologie. Demain, c'est dans le secteur de l'assurance que la blockchain pourrait prendre une ampleur sans précédent. Une récente étude publiée par le cabinet de conseil et de recherche MarketsandMarkets prédit une hausse exponentielle : la taille du marché de la blockchain dans l'assurance passerait de 43 millions de dollars en 2017 à 1 393,8 millions de dollars d'ici à 2023. Ce qui explique cette croissance ? Le besoin de plus de transparence et de sécurité dans un système encore parfois rudimentaire – lorsque la police d'assurance est contractée par téléphone ou via papier par exemple. Et imparfait comme en témoigne le fort taux de fraudes  10% de toutes les dépenses de sinistres en Europe d'après la Fédération européenne. À l'échelle mondiale, les compagnies d'assurance perdraient plus de 80 milliards de dollars du fait de ces malversations selon les chiffres répertoriés par ReportLinker. La technologie blockchain pourrait donc changer la donne, à condition que la réglementation suive. Un prérequis qui pourrait bénéficier à l'Asie-Pacifique où plusieurs pays montrent la voie.

Rédigé par Sophia Qadiri