Fintech

Les Canadiens se laisseront-ils séduire par les Fintech ?

  • 23 Jan
    2018

Quels rapports entretiennent les Canadiens avec les Fintech ? Quels sont les obstacles à dépasser par ces start-up pour les conquérir ? Les réponses dans une récente étude.

Les Canadiens n'ont pas beaucoup d'appétence pour les technologies de la finance d'après l'Indice d'adoption des Fintech 2017 réalisé par Ernst & Young. Seuls 18% des Canadiens ont adopté ces technologies, contre 33% en moyenne et aux États-Unis, et 27% en France. Pour mieux comprendre les réticences des Canadiens, le site de comparaison de produits financiers Ratehub.ca en a interrogé 1000 sur le sujet. Il en ressort une différence générationnelle nette : les Millennials (18-34 ans) sont plus enclins à utiliser la technologie pour gérer leurs finances que les baby-boomers (plus de 55 ans). Ils sont plus à l'aise avec les moyens de paiement digitaux et sont 44% à faire confiance aux robots-conseillers financiers quand les baby-boomers ne sont que 23% dans ce cas. Les plus jeunes et les moins jeunes partagent cependant les mêmes doutes concernant la protection de leurs données et la sécurité notamment. Ils sont en revanche 85% à faire confiance à leurs applications bancaires – ce que Ratehub.ca analyse comme résultant de l'habitude. Si leurs conclusions sont les bonnes, il y a fort à parier que les Fintech prennent de l'ampleur au pays de l'érable et du grand nord. L'écosystème est déjà en pleine croissance avec des investissements en hausse et quelques start-up qui occupent le haut de l'affiche. WealthSimple est un robot-conseiller financier qui opère désormais également aux États-Unis. Quand Mylo la québécoise a pour objectif d'améliorer l'épargne, elle arrondit à l'unité supérieure chaque achat de ses clients et investit automatiquement la différence. La Fintech vient tout juste de lever 2,5 millions de dollars canadiens (soit environ 2 millions de dollars américains). Montréal se fait ainsi progressivement sa place dans le secteur, aux côtés de ses grandes sœurs Toronto et Vancouver. Avec une population de près de 37 millions de personnes, le Canada constitue un petit marché... mais à fort potentiel.

Rédigé par Sophia Qadiri