Fintech

Des fintech donnent des conseils pour améliorer sa solvabilité

  • 13 Fev
    2018
  • 2 min

Pour comprendre et améliorer leur credit score, les Américains peuvent se tourner vers les fintech.

Le credit score est déterminant dans certains pays. C'est un numéro (compris entre 300 et 850 aux États-Unis) attribué aux individus en fonction de leur historique financier et qui correspond à leur niveau de solvabilité – plus le numéro est élevé, plus ils sont solvables. Les Américains en ont besoin pour une multitude de situations : de la demande d'emploi à celle de prêt en passant par l'assurance du véhicule ou un dossier de candidature pour un bail. Et le concept est complexe. Notamment parce que, comme pour les agences de notation financières, il existe plusieurs bureaux qui déterminent ce score (trois aux États-Unis). Au Royaume-Uni ou au Canada, les habitants disposent aussi d'un credit score. Pour bien comprendre ce qui l'affecte et quels comportements l'améliorent, les consommateurs peuvent se tourner vers les Fintech. Plusieurs applications apportent de la clarté et une forme d'éducation financière en même temps qu'un service. L'une des plus renommées est Credit Karma. La licorne san-franciscaine (évaluée à 3,5 milliards de dollars) permet d'avoir une idée de son credit score – avec les données de deux bureaux majeurs sur trois. C'est aussi un moyen de savoir quels sont les facteurs qui impactent négativement ce nombre et de bénéficier de conseils pour l'améliorer et de recommandations de produits pour économiser de l'argent. Sur le même modèle, Credit Sesame dévoile le score donné par le troisième bureau. L'application prévient également l'utilisateur en cas d'activité suspicieuse sur ses comptes bancaires. D'autres expliquent pédagogiquement quelle stratégie adopter pour payer ses dettes et améliorer son credit score, c'est le cas par exemple de Debt Payoff Planner ou encore Mint. Elles insistent toutes sur la sécurité et la confidentialité des données en leurs mains. Une précision devenue importante après le récent scandale du piratage du bureau Equifaxe. Le nombre important d'applications est-il révélateur d'un marché saturé ou d'un besoin comblé ? Pas forcément, et de nouveaux entrants pensent pouvoir faire mieux. Clear Score (au Royaume-Uni) se lance en bêta dans cette optique.

Rédigé par Sophia Qadiri