Fintech

En Inde, les technologies financières sur le devant de la scène

  • 06 Avr
    2018
  • 2 min

Alors que près d'un Indien sur cinq est encore débancarisé, les fintech ont le vent en poupe dans le sous-continent.

Depuis quelques années, il faut aussi compter sur l'Inde en terme de technologies financières. Si New Delhi est la capitale politique de cette république, Mumbai fait figure de capitale économique et même de capitale fintech – avec quelques 400 compagnies installées. Tracxn estime que près de deux milliards de dollars ont été investis dans les start-up indiennes du secteur entre 2015 et 2016. La ville, qui regroupe à la fois les cinq plus grandes banques du pays et de nombreux accélérateurs (Rise, Startup Bootcamp et Zone Startups India pour ne citer qu'eux), fait figure d'excellente plateforme pour les technologies financières. Elle offre d'ailleurs le retour sur investissement le plus élevé au monde en ce qui concerne les technologies financières (29%, contre une moyenne mondiale de 20%). Un sondage réalisé par Indus Valley Partner auprès des étudiants indiens en ingénierie et en MBA révèle que 63% d'entre eux pensent que l'Inde a de quoi devenir le centre mondial des fintech. Un cinquième des répondants demeurent toutefois sceptiques, et pense que le pays n'est pas prêt de manière générale. 17% pensent même que le pays, dont l'économie est encore largement basée sur les liquidités, n'est pas prêt à accepter la révolution fintech. Pourtant, depuis le retrait des billets de 500 et de 1000 roupies, en novembre 2016, les citoyens indiens se sont massivement tournés vers les transactions numériques, qui ont connu une augmentation d'au moins 400%. Un changement facilité par l'interface United Payments de la National Payments Corporation, qui oblige à l'interopérabilité, c'est-à-dire que les transactions doivent être permises entre tous les acteurs des systèmes de paiement – les fonds bancaires peuvent par exemple être échangés grâce à un identifiant unique et un code PIN. Le gouvernement semble donc miser sur l'inclusion bancaire, en atteste également Aadhaar, son programme national d'identification biométrique.

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré