Fintech

Les millennials, cible privilégiée des fintech

  • 11 Avr
    2018
  • 2 min

La confiance de la génération Y dans la technologie et son utilisation du smartphone sont de plus en plus exploitées par les start-up qui proposent des services financiers.

Les millennials ont un rapport différent à l'argent : ils épargnent plusattendent globalement plus des banquespréfèrent les paiements digitaux aux règlements en espèces (un engouement qui devient intergénérationnel – l'outil numérique est de plus en plus utilisé pour la gestion financière), et, surtout, utilisent énormément le mobile dans leurs transactions. Selon une étude de Fiserv publiée l'an dernier, si les consommateurs utilisent aujourd'hui majoritairement les sites en ligne accessibles via un ordinateur pour accéder à des services bancaires (en moyenne six fois par mois), les millennials préfèrent clairement les applications mobiles (consultées en moyenne entre huit et neuf fois par mois, contre trois fois pour le reste de la population). À San Francisco, la jeune pousse Chime se décrit elle-même comme « une banque plus intelligente pour la génération mobile ». Sa mission ? Permettre aux jeunes d'ouvrir un compte bancaire sans agence, et mettre à leur disposition une carte de débit, un compte courant et un compte épargne, tout en leur évitant les frais classiques liés à la bancarisation. Accessibles via une application mobile qui simplifie l'automatisation financière, ces outils de gestion financière ciblent spécifiquement les millennials. C'est dans le même état d'esprit que la start-up Simple entend elle aussi, comme son nom l'indique, simplifier l'accès bancaire. En supprimant les frais cachés et en aidant les jeunes à gérer à la fois leurs dépenses et leur épargne grâce à des outils de budgétisation intégrés, l'application a séduit de nombreux clients. Ces acteurs, qui transforment les relations traditionnelles entre les banques et leurs consommateurs, ne doivent toutefois par prendre leur public pour acquis : aujourd'hui, les millennials souhaitent qu'ils travaillent davantage sur la sécurité et la biométrie. Car si aux États-Unis, près de la moitié des millennials ont adopté les services bancaires mobiles, ils sont aussi nombreux à délaisser de telles applications – la faute notamment à des processus trop longs et au problème d'oubli de mot de passe.

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré