Le Breakout Labs, financé par Peter Thiel, vient d’investir dans quatre nouvelles startups.

Le Breakout Labs de Peter Thiel s’attaque au vieillissement et au gaspillage alimentaire

Peter Thiel, le charismatique fondateur de Paypal, n’est pas seulement un entrepreneur à succès, un libertarien convaincu et un excellent joueur d’échecs : c’est aussi l’un des principaux argentiers de la Silicon Valley. Célèbre pour avoir été l’un des premiers à croire en Facebook, il est à la tête de plusieurs fonds d’investissements, dont le Breakout Labs, qui fait partie de la Thiel Foundation. Fondé en 2013, dans un but non lucratif, celle-ci a pour ambition de permettre aux découvertes scientifiques majeures de se démocratiser et d’impacter la société. Le Breakout Labs distribue ainsi des enveloppes oscillant entre 50 000 et 350 000 dollars pour permettre à de jeunes pousses porteuses d’une découverte de laboratoire de se développer, gagner l’attention du public et l’intérêt de nouveaux investisseurs.

                        

                                             Peter Thiel, fondateur de Paypal

« Nous entendons en permanence parler de nouvelles recherches scientifiques courageuses qui promettent de transformer le monde, mais bien trop souvent celles-ci finissent par dépérir dans un laboratoire. » déplore Lindy Fishburne, executive director du Breakout Labs. « Notre mission est d’aider un nouveau type de scientifiques entrepreneurs à naviguer parmi l’écosystème des startups et construire des entreprises durables capables de faire des découvertes scientifiques audacieuses ayant un impact sur la vie de tous les jours. » Le fonds d’investissement vient de sélectionner quatre start-ups prometteuses, dont une dans le domaine de la santé et une autre dans l’alimentaire.

CyteGen lutte contre les maladies dégénératives

Lancée par huit universitaires, CyteGen ne promet pas l’immortalité, mais presque. Cofondée par un VC de San Francisco et un professeur biochimie de l’University of Wisconsin, elle cherche à prémunir l’humanité contre les ravages du vieillissement en luttant contre les maladies dégénératives qui se développent avec l’âge : sclérose en plaque, Parkinson, Alzheimer, et d’autres maladies plus rares. L’entreprise opère dans le domaine de la cytogénétique, qui étudie la structure chromosomale des cellules individuelles. « Il existe une hypothèse selon laquelle vieillir rime nécessairement avec le déclin physique et mental qui cause Parkinson, Alzheimer et d’autres maladies. Nous sommes convaincus du contraire, c’est pourquoi nous avons lancé CyteGen. » affirme George Ugras, cofondateur et président de CyteGen, dans le communiqué dévoilé par le Breakout Labs.

C2Sense lutte contre le gaspillage alimentaire

Lancée d’après une technologie développée au Swager Lab du MIT, C2Sense, quant à elle, se situe à la frontière entre la santé et l’alimentaire, puisqu’elle propose un moyen de détecter facilement la nourriture périmée. La technologie se présente sous la forme de capteurs composés de nombreux nanotubes ultrasensibles placés entre deux électrodes. Lorsque certaines  substances spécifiques émises par la nourriture avariée se trouvent dans l’atmosphère, comme l'éthylène ou l’aminé, elles s’accrochent aux nanotubes, ce qui change le sens du courant électrique passant entre les électrodes. Il serait ainsi possible de déterminer avec fiabilité si un ingrédient est encore mangeable et d’éviter à la fois un important gaspillage de nourriture et de nombreuses intoxications alimentaires. Les deux autres entreprises financées par le Breakout Labs sont Maxterial Inc., qui développe une méthode permettant d’empêcher le métal de rouiller, et NanoGriptech, qui s’inspire de la peau adhésive des Geckos pour construire des robots capables d’adhérer à une surface.

Rédigé par Guillaume Renouard