Présentées au Health 2.0 de Londres, deux startups polonaises veulent mettre au jour et soigner d’éventuels maladies et retards en faisant jouer les enfants sur tablettes.

[Health 2.0] La Pologne mise sur le jeu vidéo pour la détection de troubles chez l’enfant

La santé connectée n’en finit pas de proposer de nouvelles solutions. Au Health 2.0 Europe ces derniers jours on présente ainsi des dizaines de startups dans le domaine. Parmi elles, Harimata et DrOmnibus investissent un secteur pour le moment peu exploité par les acteurs de la santé connectée : l’enfance. Toutes deux originaires de Pologne, elles ont eu l’idée de mettre en place des jeux sur tablettes afin de détecter et de traiter les retards de croissance ou de développement, les maladies génétiques, etc. Un système de reconnaissance faciale existait déjà avec cette même vocation de mettre au jour les troubles plus tôt. Mais le jeu aurait cet avantage d’être plus facilement utilisable par les enfants et les parents qu’un logiciel de reconnaissance.

Le diagnostic plus facile

Harimata prétend ainsi présenter les résultats d’une manière claire et compréhensible. De cette façon, les parents auraient accès au diagnostic sans avoir besoin de décrypter des données médicales énigmatiques. De plus, faire jouer un enfant rend le test beaucoup plus accessible que ceux existants. Concrètement, l’enfant joue sur une tablette, l’outil d’Harimata scanne son activité et détecte les problèmes lorsqu’il y en a. Immédiatement le parent reçoit les résultats sur son smartphone. Dès lors, on peut saisir le problème posé par un tel dispositif : annoncer une maladie grave via un appareil mobile et non un spécialiste n’est pas sans interroger et le rôle du médecin et celui de la prévention. C’est en fait le modèle même de la détection des troubles qui est en remis en question.

Traiter les troubles une fois détectés

Mais le diagnostic – aussi important soit-il – n’est pas le seul problème auquel s’attaquent les startups polonaises. DrOmnibus propose ainsi une série de jeux dans le but d'aider les enfants souffrants de certains retards. Pour traiter les problèmes communicationnels par exemple, les créateurs ont mis au point un jeu dans lequel le héros doit apprendre à se servir correctement des formules “merci”, “pardon” et “s’il-vous-plaît”. À partir de ce jeu, les parents peuvent suivre les progrès de leur enfant au fil du temps. Il y a peu, Diplopia voulait soigner certains troubles oculaires grâce à un jeu vidéo mais les deux startups polonaises vont plus loin dans l’utilisation du jeu à des fins thérapeutiques en permettant un diagnostic et en accompagnant les soins. Et les créateurs de Harimata envisagent également la possibilité d’utiliser leur système de manière à évaluer les techniques d’apprentissage et à les personnaliser selon chaque enfant. Ce serait là une étape de plus vers l’éducation connectée alors que certains veulent mettre en place une école “data-driven”.

Rédigé par Guillaume Scifo