De l’industrie pétrolière au secteur pharmaceutique, la “biotech” est en train de se constituer comme un passage obligé pour les divisions R&D des leaders de l’économie mondiale.

[ICS Toulouse] La "biotech" : une solution d’avenir pour les groupes industriels ?

Le terme de biotechnologie s’est répandu à partir des années 1980 quand il fut possible de transférer l’information génétique d’un système vivant à un autre. Comme le retrace Pierre Monsan, fondateur du centre de recherche "Toulouse White Biotechnology" et speaker cette année à l'occasion de l'Innovation Connecting Show de Toulouse, la possibilité de séquencer le génome humain, au cours des années 2000, est devenue de plus en plus accessibles pour les petits laboratoires. La biologie synthétique d’aujourd’hui diffère donc dans ses méthodes plus technologiques mais est restée fidèle aux anciens principes : agir sur des organismes vivants en travaillant sur leur patrimoine génétique.

L’investissement du secteur par les géants industriels

Pierre Monsan précise que les deux axes majeurs de la recherche en biotechnologie sont le secteur de l’énergie et celui de la médecine appliquée, principalement au traitement des cellules cancéreuses. Les Américains du centre de recherche Epizyme, plaçent la biotechnologie au cœur de leur diagnostic des différents types de cancer grâce au séquençage d’ADN. Plus largement, "ce sont tous les risques pathologiques qu’il est désormais possible d’identifier grâce à une connaissance plus fine du patrimoine génétique des individus" explique Pierre Monsan. Pour l’énergie, Total a, par exemple, noué plusieurs partenariats avec des instituts de recherche dans le cadre de sa stratégie de conversion aux énergies propres : la "biotech" arrive donc en première place, aux côtés de l’énergie solaire. La biotechnologie est par exemple utilisée pour synthétiser de la biomasse avec des molécules synthétiques (des "usines cellulaires"), ce qui accélère considérablement le processus de fossilisation.

La biotechnologie demain

Mais la biotechnologie ne répond pas à la même Loi de Moore que l’informatique. Le substrat technique est fondamental à la "biotech" pour tenir ses promesses d’une disruption de secteurs économiques entiers. Au fur et à mesure que leur science prend une importance centrale dans les investissements industriels, les biologistes sont de plus en plus dépendant des avancées et des retards pris en mathématiques comme en informatique. Et Pierre Monsan de préciser : "le besoin d’algorithmes très performants pour modéliser le phénomène chaotique du vivant est le grand enjeu de la recherche en biologie dans les années à venir". C’est par exemple le défis central du Zhao Group de l’université de l’Illinois. Sachant que la majorité des composants des antibiotiques sont d’origine naturelle, le programme de recherche du Illinois Biological Foundry entend regrouper mathématiciens et biologistes afin de modéliser des algorithmes qui découvriraient de nouvelles molécules naturelles.

Rédigé par Simon Guigue