Des chercheurs américains ont développé une application permettant d’analyser des bactéries pathogènes sur un smart device.

Infections nosocomiales : quand le smartphone remplace les cultures

Avec un patient sur vingt qui en contracte pendant une hospitalisation, les infections nosocomiales sont le fléau des hôpitaux. En France, 4 000 personnes en meurent chaque année. Selon le docteur Ralph Weissleder, de la Harvard Medical School, ces infections engendrent des coûts relatifs approchants les 100 milliards de dollars par an. Mais comment éviter de telles pertes humaines et financières ?

Une équipe de chercheurs du Massachussetts General Hospital vient de mettre au point un système innovant pour détecter la bactérie qui est à l’origine de chaque infection. D’ordinaire, trois à cinq jours sont nécessaires aux laborantins pour que les cultures puissent révéler les pathogènes. Le PAD (Polarization Anisotropy Diagnostics) permet la mise en valeur de la bactérie responsable via un prélèvement analysé dans une petite boîte reliée à un smart device (tablette, ordinateur ou smartphone). Plus besoin de culture de bactéries désormais, mais d’un autre procédé appelé anisotropie de fluorescence, dont les données finales sont communiquées au smartphone via un système optique. Pour deux dollars et en deux heures seulement, n’importe quel patient peut être soigné, même en dehors de l’hôpital. L’union de la médecine et des nouvelles technologies a de beaux jours devant elle !

Rédigé par Anna Bochu
Journaliste