La start-up Fitly a mis au point une assiette intelligente capable de donner avec précision l’apport calorique d’un plat. Un exemple parmi d’autres de la façon dont les nouvelles technologies impactent le domaine alimentaire.

Informations nutritionnelles : de l’étiquette à l’assiette connectée

Un nombre croissant de citoyens américains se préoccupe de ce qui se trouve dans son assiette. Mais entre les conseils des nutritionnistes qui se contredisent fréquemment les uns les autres, les étiquettes rarement fiables à 100 % et la laborieuse gymnastique mentale que nécessite le calcul de l’apport calorique d’un plat composé, optimiser son régime alimentaire peut relever de la gageure. La start-up américaine Fitly, qui ferraille pour inciter ses compatriotes à manger mieux, entend permettre au consommateur de connaître facilement et avec fiabilité l’apport calorique de son déjeuner à l’aide d’une… assiette intelligente. Dotée de trois caméras digitales, elle est capable de scanner chaque ingrédient présent dans un plat et de l’identifier avec une fiabilité de 99 %, selon son créateur, Anthony Ortiz, interrogé par Co.Exist.

Objets intelligents et applications smartphone offrent la possibilité de se renseigner sur le contenu de son assiette.

Informer et conseiller

Des capteurs répartis sous l’assiette sont également capables de mesurer le poids exact de chaque portion. Elle est ainsi capable de calculer le pourcentage exact de chaque ingrédient dans une salade niçoise ou un chili con carne. L’ensemble de ces données est ensuite transmis à une application qui calcule l’apport calorique exact du plat que l’on s’apprête à ingurgiter. Pour que le système fonctionne, il faut cependant que les ingrédients soient visibles, afin que les caméras puissent les détecter : ainsi, pour connaître l’apport calorique d’une pizza calzone, il sera nécessaire de l’ouvrir en deux.

Mais ce n’est pas tout : l’assiette est également capable de signaler à l’utilisateur s’il mâche trop vite. En effet, les experts estiment qu’il faut une vingtaine de minutes au cerveau pour détecter la sensation de satiété. Manger trop vite implique donc de manger plus que nécessaire. Mais l’assiette du futur ne se contente pas d’informer : elle vise aussi à conseiller. Il est ainsi possible de la programmer pour suivre un régime spécifique, comme s’entraîner pour une compétition sportive ou s’adapter à une maladie  qui implique des contraintes alimentaires, comme le diabète.

En outre, l’application offre quelques suggestions simples pour baisser l’apport calorique d’un plat, comme remplacer le riz blanc par du riz brun. Enfin, elle donne aussi à l’utilisateur des suggestions de plats à commander, car l’assiette connectée n’est qu’une corde de plus à l’arc de Fitly, dont le coeur de métier consiste à livrer des produits frais pour réaliser des recettes simples et saines. L’utilisateur peut ainsi choisir plusieurs forfaits, d’une durée de trois à 21 jours, qui lui permettent de recevoir trois repas complets et deux snacks quotidiens durant cette période. Ce modèle de l’abonnement est l’une des tendances du moment dans la foodtech : nous y consacrions un article en février dernier. De Blue Apron à Chefday!, en passant par Hello Fresh, les concurrents sont légion.

Des innovations divers et variées unies derrière un même objectif : permettre aux usagers de mieux manger.

 

Les objets connectés envahissent la Foodtech

L’assiette intelligente n’est elle aussi qu’un exemple parmi tant d’autres du développement des objets connectés dans l’alimentaire, de la fourchette qui incite son propriétaire à manger plus lentement à l’autocuiseur Nutricook censé préserver les qualités nutritionnelles des aliments pendant la cuisson. Récemment, LG a mis au point un réfrigérateur qui intègre la date de péremption des produits stockés, pour réduire le gaspillage,  et permet aux utilisateurs de consulter son contenu sans avoir à ouvrir la porte, réalisant ainsi des économies d’énergie sur le long terme.

Parmi les concurrents directs de l’assiette développée par Fitly, citons enfin le SCiO, un petit objet capable de scanner n’importe quel aliment et de donner sa composition exacte à l’utilisateur. Ce minuscule appareil a emballé les foules sur Kickstarter l’an passé et récolté plus de 2 700 000 dollars à l’issue de sa campagne de financement… toutefois, contrairement à l’assiette intelligente développée par Fitly, ce dernier ne peut scanner qu’une petite zone et ne peut donc pas être utilisé pour donner la composition d’un plat complet.

Rédigé par Guillaume Renouard