Même si le BigData est le domaine privilégié pour les investissements dans la santé numérique, la télémédecine est aujourd’hui un chantier en passe de se développer considérablement en 2015.

USA : une législation plus flexible pourrait-elle démocratiser la télémédecine ?

Au départ pour pouvoir offrir aux zones rurales l’accès à des soins médicaux de qualité, la télémédecine est aujourd’hui un marché aux promesses affirmées : 172 millions d’euros investis durant les 9 premiers mois de 2014, et une multitude de start-ups du domaine qui réussissent leurs levées de fonds.

Spruce Health, start-up basée à San Francisco, a récemment bouclé un tour de table de 2 millions de dollars pour développer son application smartphone. Celle-ci permet de consulter un médecin à distance pour des problèmes d’acné, simplement en prenant des photos, et en payant 40$ pour avoir accès à un médecin spécialisée. Plus généralement, le marché de la santé mobile (et donc de la télémédecine) devrait représenter 26 milliards de dollars en 2017 selon le cabinet research2guidance spécialisé dans le mobile.

 

Mais si la télémédecine se développe autant et représente un marché à surveiller pour les années à venir, c’est une combinaison de plusieurs facteurs liés à la législation et à la régulation, mais aussi à une demande grandissante pour ce genre de services.

En effet, selon Krista Drobac, directrice de Alliance for Connected Care, l’accessibilité des services grâce à l’explosion du mobile et la gratuité des principales applications a eu un impact sur la demande des services de télémédecine aux USA, considérés comme des services "normaux" au vu de l’évolution galopante de la technologie. Selon le cabinet de recherche Research and Markets, ce marché était valorisé 14 milliards de dollars en 2012, et sa croissance atteindra 18,2 % par an d’ici 2018.

L’enjeu étant aussi la réduction des coûts de la protection médicale aux USA, la télémédecine apparaît une des pistes à explorer, d’autant plus qu’elle contribue à une satisfaction des clients concernant l’accessibilité et la rapidité du service. Et si cette technologie nécessite une bande passante suffisamment puissante pour gérer le traffic et accueillir ce service, le Research Center souligne que les américains en ont la possibilité car 70% des foyers en 2013 ont été recensés avec une connexion Internet très haut-débit.

Mais le point essentiel selon Krista Dobrac est la collaboration entre les deux parties : les législateurs et les entreprises développant les solutions. Le Affordable Care Act, une des réformes de la réforme américaine Obamacare, vise à rendre la médecine accessible à tous et à essayer de mettre en place une protection sociale pour les américains, qui peinent à régler les frais de soin, encore trop élevés. La télémédecine s’inscrit dans ce mouvement et pourrait donc être au porte d’un début de démocratisation aux USA.

Rédigé par Arthur de Villemandy