Comment mieux gérer le stress provoqué par l’afflux constant de messages sur smartphone ? Des chercheurs anglais développent une application qui décidera du moment le plus opportun pour l'envoi des notifications à son utilisateur.

Des notifications au bon moment pour réduire le stress ?

Combien de notifications Facebook, Twitter, Instagram, de SMS, d’emails chaque jour ? À chaque fois le smartphone vibre augmentant ainsi le stress. C’est ce constat qui a poussé une équipe de chercheurs de l’université de Southampton à développer une application capable de gérer le flux des notifications. Le but ? Réduire l’anxiété des utilisateurs de smartphone. Si les chercheurs anglais ne sont pas les premiers à s’être penchés sur le problème (une plateforme de gestion et centralisation des messages avait déjà été créée pour les entreprises, et pour le grand public, l’application Yo entend gérer les notifications des diverses applications), la nouveauté de l’application Healthy Mind tient dans son lien avec la recherche et dans sa volonté principale de réduire le niveau de stress.

Moins de stress, plus d’efficacité

Car, depuis plusieurs années, le nombre de réseaux sociaux ne fait que croître et au delà même du stress, c’est l’efficacité des notifications qui en pâtit. Elles sont vite ignorées lorsqu’elles arrivent au milieu d’une réunion, d’un travail ou même d’une partie de jeu. D’où l’idée d’une application pour gérer ce flux. Le principe en est simple : l’application attend le moment propice pour vibrer ou sonner. Le moment où l’utilisateur sera le plus serein et donc le plus prompt à répondre. Dans les faits l’application collecte un grand nombre d’informations comme la localisation, l’heure ou l’activité physique afin de déterminer cet intervalle de disponibilité accrue. Conçue pour Android, elle en est encore au stade de l’expérimentation, mais les utilisateurs peuvent d’ores et déjà la télécharger et leurs données seront collectées afin d’améliorer l’outil. "Nous voulons trouver le moyen d’optimiser la technologie qui se trouve au bout de nos doigts afin d’obtenir les meilleurs résultats pour chacun" explique Lucy Yardley de l’université de Southampton.

Le produit de recherches universitaires

C’est dans le cadre d’une étude plus large sur les réseaux sociaux que l’application a vu le jour. Ce n’est pas la première fois que des scientifiques s’intéressent aux notifications liées aux applications, mais ici, l’équipe de chercheurs a voulu savoir comment le flot constant de messages influence l'humeur de l'utilisateur mobile. L’idée d’un outil de gestion des notifications n’était pas loin. Outre la gestion des messages, Healthy Mind propose une série de fonctionnalités destinées à réduire l’anxiété des utilisateurs : minutes de respiration, questionnaire pour améliorer l’estime de soit, etc. La question du public visé se pose. Les grands adeptes des réseaux sociaux ne seront probablement pas intéressés par une application retardant les notifications. Peu de chance également pour que les professionnels veuillent attendre avant d’être informés. Il semble donc qu’Healthy Mind demeure un outil scientifique destiné à collecter des données bien plus qu’une application grand public.

Rédigé par Guillaume Scifo