Le secteur de l’e-santé s’intéresse de près ces derniers mois aux personnes gravement paralysées. Un implant cérébral connecté a été placé avec succès sur une patiente néerlandaise et pourrait remplacer les dispositifs oculaires existants.

La France dénote en 2015 près de 12 millions de personnes handicapées selon les derniers chiffres de l’Insee. Parmi ces handicaps, on retrouve notamment la paralysie, qui s’accompagne chez certains patients  d’une perte de l’usage de la parole. Soit, leur faculté de communiquer avec autrui en plus de leur capacité à interagir avec leur environnement. Toujours conscients, ces patients souffrent d’un sentiment d’enfermement. Cette situation plus connue sous le nom de locked-in syndrome a sensibilisé très tôt les neurologues. Les médecins ont cherché à mettre en place des ersatz de communication avec leurs patients. La première alternative fut laborieuse :  épeler l’alphabet pour le médecin, cligner des yeux à la lettre souhaitée pour le malade. Encore aujourd’hui un petit appareil suit le mouvement oculaire des patients et leur permettent de choisir des lettres sur un écran. Pourtant, la communication oculaire via ce dispositif est incertaine et discriminante pour les patients qui ont également perdu leur capacité à bouger les yeux. Surtout, elle nécessite l’intervention d’une tierce personne.

Pour ces patients, communiquer par la pensée est l’alternative de demain. Il y a quelques semaines, un implant cérébral a été installé sur une patiente néerlandaise de 58 ans. Cet exploit a été réalisé par l’équipe de Nick Ramsey du Brain Center de l’University Medical Center Utrecht. Des électrodes, placées à la surface du cerveau, juste en dessous du crâne, enregistrent l’activité cérébrale et la transmettent à une petite puce installée sous la peau de la poitrine via un câble. La puce transmet ensuite un signal à une tablette externe qui peut le transformer en clic. Ensuite, des logiciels spécialisés prennent le relai pour convertir le clic selon les besoins : épeler un mot, jouer à un jeu vidéo. L’avantage d’un tel système repose sur la rapidité et l’autonomie de la patiente qui peut communiquer sans le support d’une autre personne dans l’élaboration du processus de communication. De surcroît, les patients pourront communiquer à l’extérieur. Un implant innovant pour des personnes pour qui d’ordinaire la parole est d’or. Le secteur de l’e-santé demain pourra-t-elle permettre à ces malades de déplacer leur chaise roulante grâce à d’autres électrodes ? A suivre.

Rédigé par Laura Frémy
Journaliste