Smartphone et dépression ne font pas bon ménage. Dans leur étude, une équipe américaine de chercheurs souligne que les personnes déprimées aggravent leur mal-être lorsqu’elles se tournent vers leur téléphone mobile.

Le smartphone ne serait pas pertinent dans le traitement de la dépression

Des applications mobiles (Mobilyze!, How Are You?) se proposent déjà d’aider les personnes en détresse. Des programmes interactifs qui permettent à ceux qui ne peuvent consulter un psychologue, de comprendre leurs symptômes. Alors que les séances via Skype, mail ou téléphone se développent, ce type de thérapie n’est pas négligeable. Pourtant, dans un article publié dans la revue Computers in Human Behavior, des chercheurs américains affirment que le smartphone ne permet pas de soulager ses maux. En effet, son utilisation peut même aggraver cette spirale psychologique négative.

Pour David Prabu, chercheur, le smartphone « peut faire une série de choses qui simulent l'interaction humaine. Il nous séduit en nous faisant croire qu'elle est vraie, mais elle demeure encore artificielle ». En effet, certaines personnes ne trouvent que peu de soutiens et de satisfactions dans leur interaction électronique.

Pour Jung- Hyun Kim, l’auteur principal de cette étude, l’interaction « face à face » réduirait les effets négatifs du smartphone en cas de déprime. Elle fonctionne d’ailleurs comme un antidote face à l’usage compulsif de son mobile.

« Si vous avez la chance de voir quelqu'un en face- à-face, n’hésitez pas, la vie est courte », souligne David Prabu. Rester en contact avec sa famille ou ses amis à partir de son smartphone reste donc la meilleure des solutions. Il est juste important de ne pas remplacer son usage par une interaction humaine réelle.

Rédigé par Djibril Soumah
Journaliste