La jeune pousse israélienne DeepOptics lance un nouveau type de verres de lunettes capables de s’adapter à la double correction des presbytes. Une technologie également utile pour la réalité virtuelle.

La start-up DeepOptics voit loin... et de près

Les lunettes intelligentes ont principalement vocation à améliorer la vision de l’utilisateur. Celles des Japonais QD Laser projettent l’image directement dans la rétine quand celles des Américains Second Sight ambitionnent de partiellement rendre la vue à certains aveugles ou malvoyants. En vieillissant, la vision diminue progressivement et il est nécessaire de porter des lunettes pour voir de loin et d’autres pour voir de près ou des verres progressifs auxquels il est parfois difficile de s’adapter. Or d’après l’Insee, un habitant sur trois sera âgé de 60 ans ou plus en France en 2050. Un marché considérable pour une jeune pousse comme DeepOptics qui souhaite créer des verres de lunettes qui ajustent leur puissance optique en temps réel.

Le produit de cette start-up israélienne serait à la fois une aubaine pour les personnes qui ont des difficultés - liées au vieillissement - à voir et se concentrer sur des objets proches et pourrait aussi être utile pour que la réalité virtuelle donne moins la sensation de nausée. DeepOptics vient de lever des fonds et l’entreprise française Essilor figure parmi les investisseurs.

La spécificité des verres est qu’ils sont recouverts d’une couche transparente de cristal liquide qui peut changer son indice de réfraction (la manière dont la lumière se courbe en passant au travers). Concrètement, des capteurs seront dissimulés dans les branches et permettront aux lunettes de traquer le mouvement de l’oeil et l’écart entre les deux pupilles. Ces données serviront à calculer vers quelle distance l’oeil regarde, si c’est un objet proche ou lointain, afin d’ajuster la correction. Une technologie particulièrement pratique pour les personnes souffrant de presbytie.

 

 

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste