Le co-fondateur de la start-up Eko Devices explique les enjeux et perspectives de son stéthoscope intelligent capable de détecter les différents rythmes cardiaques et de les interpréter.

[SXSW] Le shazam de la santé : un stéthoscope qui reconnaît les respirations

Véritable lieu de convergence des tendances digitales émergentes, la partie " Interactive" de SXSW (Festival qui se déroule chaque année à Austin, Texas) apporte cette année une attention particulière au domaine de la santé. Le bien-être des patients et son amélioration via des objets connectés sont ainsi des préoccupations majeures de bon nombre de start-up et grands groupes digitaux (lire notre article sur Stamp et Apple Watch). Mais les enjeux "B2B" ne sont pas en reste comme nous le prouve la société Eko Devices qui propose un stéthoscope intelligent permettant aux médecins d’améliorer l’écoute du rythme cardiaque. Stéthoscope dont L'Atelier s'était déjà fait l'écho voici déjà un an.  Aujourd'hui, l'un de ses fondateurs, Coonor Landgraf, diplômé d’un master en ingénierie biomédicale à l’université de Berkeley (Californie) présent sur le salon, a détaillé le projet et sa genèse. "Lors de mes études universitaires, j’ai rencontré de nombreux docteurs et tous m’ont exprimé leurs difficultés à utiliser correctement le stéthoscope. De plus, la parfaite maîtrise de cet outil médical prend plusieurs années. J’y ai donc vu une opportunité de construire un objet intelligent en m’inspirant de l’application de découverte musicale Shazam".  

Collaboration avec un hôpital

Fraîchement diplômé, le CEO d’Eko-Devices a ainsi entrepris de développer le shazam de la médecine avec ce  stéthoscope intelligent. " Nous avons développé un adapteur digital qui assure le lien entre ce produit plus que centenaire et un mobile ou une tablette. Cet objet se complète d’un algorithme qui analyse, détecte et catégorise plusieurs centaines de sons". L’innovation n’est donc pas 100% digitale mais au contraire une extension du stéthoscope qui permet d’assurer la liaison avec l’application mobile (uniquement disponible sur iOS). L’objectif est d’aider le praticien à détecter un potentiel problème chez son patient et ainsi le diriger vers un spécialiste ou lui prescrire des médicaments adaptés. La phase de conception s’est étalée sur 22 mois."Le plus compliqué fut de développer le hardware et l’algorithme. Nous avons travaillé en étroite relation avec un hôpital de la côte est pour récupérer les données de leurs patients et ainsi constituer une base de données conséquente".

BtoB mais aussi BtoC?

Eko Devices va introduire cet objet connecté sur le marché en Mai prochain. « Notre cible principale est constituée de médecins, physiciens, pédiatres, cardiologues et étudiants en médecine. Nous avons conçu tout le produit en interne. Sa production est assurée par des sous-traitants et entrepreneurs. » En attendant, la start-up peaufine ses tests cliniques avec le département de cardiologie de UCSF. Basée à Berkeley, la start-up a réalisé en Mars une levée de fonds de 2 millions de dollars. On retrouve d’ailleurs le co-fondateur de Shazam parmi les investisseurs.  « Cet argent va nous permettre de nous concentrer sur la commercialisation de notre produit mais également d’investir plus en recherche et développement…En effet, à moyen terme, nous envisageons de développer notre technologie sur d’autres problématiques telles que l’analyse de la respiration ». L’objectif est donc de développer toute une gamme de produits à usage professionnel. A long terme, Eko Devices envisage également de proposer des produits directement au grand public.  « Ma vision est de développer un outil personnel pour permettre aux patients de contrôler leurs problèmes cardiaques directement depuis chez eux ».

 

 

Rédigé par Romain Chapron