Grâce aux différentes stimulations qu’ils procurent, les jeux vidéo peuvent être d’une aide précieuse dans le traitement de certaines affections médicales.

Les troubles oculaires peuvent être également corrigés par les jeux vidéos

Les technologies sont-elles à même de soigner des maux tels que les troubles de la vision. C’est en tout cas ce que pense James Blaha, créateur de Diplopia. Ce jeu vidéo, basé sur la réalité virtuelle et la reconnaissance des mouvements, aurait ainsi pour but de corriger des problèmes de vue liés au strabisme. En effet,  les personnes atteintes de strabisme souffrent souvent de ce que l’on appelle la diplopie (vision double) et d’amblyopie, plus connue sous le nom « d’œil paresseux ». Ces deux troubles de la vue empêchent généralement de percevoir les profondeurs et entravent donc la capacité de voir en trois dimensions. De récentes études ont démontré qu’il est en réalité possible de traiter l’amblyopie à l’âge adulte, alors qu’on la pensait, hier encore, irréversible, et le jeu vidéo pourrait être une solution.

Faire travailler les yeux en tandem grâce à la 3D

Pour ce faire, il a été nécessaire d’incorporer au projet un système de détection de mouvements, via le logiciel Leap Motion dont nous parlions récemment, mais également un casque nommé Oculus Rift, qui utilise la représentation stéréoscopique pour créer l’illusion d’un espace 3D. Diplopia s’inspire alors du célèbre jeu de « casse briques », (Atari Breakout) dans lequel les joueurs doivent dégager des rangées de briques en dirigeant une balle vers elles. L’intérêt du casque est de montrer séparément à chacun des yeux de l’utilisateur les différents éléments du jeu (briques, balles…). La partie ne peut être ainsi remportée uniquement lorsque les deux yeux parviennent à travailler ensemble pour ne former qu’une image. Il s’agit donc d'entraîner les deux yeux souffrant de strabisme dans un environnement beaucoup plus proche de la vie réelle que ne le sont les jeux en 2D.

Un jeu accessible à tous

Le créateur de Diplopia affirme que le jeu serait six fois plus performant que les traitements habituels pour ce type de pathologie, notamment en ce qui concerne le port d’un patch sur l’oeil chez les enfants qui se révèle plus désagréable qu’autre chose. Et si les jeux vidéo ont déjà prouvé qu’ils pouvaient avoir des bienfaits inattendus sur la santé (lutte contre la dépression, rééducation suite à des accidents vasculaires cérébraux…), Diplopia, initialement conçu pour aider les personnes qui souffrent de troubles spécifiques, devrait rester un jeu accessible à tous. D’ailleurs, le projet de James Blaha est déjà financé à hauteur de 18 484 dollars grâce au site de financement participatif Indiegogo.