Health

Un casque accompagne les enfants malentendants des pays en développement

  • 13 Fev
    2018
  • 2 min

Le projet « I hear you », développé par l'organisation indépendante de recherche scientifique SINTEF, entend dépister et accompagner les enfants malentendants grâce à un casque audio.

Selon les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé, 5% de la population mondiale, soit près de 360 millions de personnes, souffriraient de déficience auditive. Parmi eux, 32 millions sont des enfants dont la plupart vivent dans un pays en développement. La prise en charge médicale de ces troubles auditifs reste encore largement marginale dans les pays les plus pauvres. En effet, 2% de la population touchée seulement y aurait accès, toujours selon l'OMS, notamment à cause du prix encore trop onéreux des équipements. Pourtant, cette question est de grande importance. Selon les Nations Unies, l'accès à l'aide et au soutien des personnes en situation de handicap est l'un des piliers majeurs des objectifs de durabilité. Ce constat a poussé les chercheurs de la SINTEF, considérée comme la plus grande organisation de recherche scientifique indépendante de toute la Scandinavie, à se mettre ensemble en quête d'une solution viable et facilement adaptable aux spécificités des pays en voie de développement. Le résultat de leurs travaux ? Un casque audio relié à un jeu de simulation, développé par la société norvégienne, Able Magic, permettant de dépister rapidement et à moindre coût une déficience auditive chez l'enfant. La campagne « I Hear You », d'abord lancée en Tanzanie, entend donc sensibiliser, détecter, mais aussi accompagner les enfants malentendants. En effet, dans ces pays, un trouble de l'audition peut être un facteur d'exclusion, notamment à l'école. Aussi, le casque audio fait office d'appareil auditif et entend réintégrer socialement les enfants en leur permettant de mieux entendre et donc de mieux communiquer. Évidemment, cet équipement n'est pas aussi sophistiqué que les appareils circulant sur le marché occidental, et qui auraient demandé une assistance technique trop coûteuse en cas de perte ou de casse. C'est pourquoi le casque, simple d'utilisation et peu onéreux, semble parfaitement adapté aux spécificités des pays émergents. Comme quoi, un peu de technologie et beaucoup de volonté peuvent contribuer à lutter contre la précarité.

Rédigé par Théo Roux