Health

Un cœur artificiel universel veut remplacer les grands cœurs malades

  • 21 Mar
    2018
  • 2 min

Des chercheurs de l'Oregon Health and Science University élaborent un cœur artificiel qui siérait aux adultes comme aux enfants, et ce pour toute la vie.

Le cœur artificiel n'est pas nouveau en soi. AbioCor, le premier à être approuvé par la Food and Drug Administration américaine, a déjà plus de dix ans. Transplanté sur une quinzaine de personnes, il ne convenait ni aux enfants ni aux femmes à cause de ses dimensions trop importantes. En France, c'est la société Carmat formée par le chirurgien cardiaque Alain Carpentier et la société Matra Défense, qui, la première, a implanté son cœur artificiel à des patients au sein de l'hôpital européen Georges-Pompidou en 2011. Malheureusement, aucun n'a survécu à l'implantation au-delà de quelques années. Aussi, le véritable défi est d'élaborer un cœur artificiel qui puisse être universel, c'est-à-dire assez petit pour convenir à tous, et viable sur la durée d'une vie. C'est le défi que se sont donnés des chercheurs de l'Oregon Health and Science University. Ils ont d'ailleurs réussi à mettre au point un prototype de cœur artificiel de petite taille, qu'ils ont implanté chez des vaches et des moutons. Ce cœur artificiel nécessite encore une alimentation externe par batterie même si les chercheurs travaillent sur une batterie assez fine pour être implantée avec le cœur. Selon les scientifiques, ce cœur artificiel pourrait être ouvert au public d'ici cinq ans. De quoi redonner espoir aux malades encore inscrits sur les listes d'attente. En 2016, c'est près de 573 nouveaux malades qui ont été recensés si l'on en croit les chiffres publiés par l'Agence de la biomédecine.

Rédigé par Théo Roux