Health

L'agence américaine du médicament autorise la première pillule connectée

  • 15 Nov
    2017

Les autorités sanitaires américaines viennent d'autoriser le suivi digital du médicament ingéré. Une manière de s'assurer de la bonne prise du traitement.

Les patients américains ne pourront bientôt plus mentir concernant la prise de leur traitement. La FDA (Food and Drug Administration) vient d'autoriser le premier médicament associé à un capteur qui envoie une alerte au moment de l'ingestion. Les piluliers connectés étaient déjà un bon moyen de s'assurer que le malade accédait au médicament. Celui inventé par des étudiants de l'Université Johns Hopkins se déclenche au contact de l'empreinte digitale du patient, quand le pilulier PillDrill prévient les proches lors de l'absorption des comprimés. Mais la seule action qu'ils pouvaient prouver était que le patient actionne bien le distributeur-doseur. Rien n'indiquait alors que les médicaments n'avaient pas été jetés ou oubliés. L'objectif était d'éviter les overdoses médicamenteuses : le doseur étant programmé pour ne délivrer plus que la dose prescrite, à un intervalle horaire prédéfini, par le médecin. Avec cette décision de la FDA, les parents et médecins du patient pourront désormais vérifier sur leur smartphone si la pilule destinée aux personnes atteintes de troubles psychologiques (comme la dépression, la schizophrénie ou encore les troubles bipolaires de type 1) a bien été avalée. Un moyen efficace qui permettra de mesurer l'efficacité des traitements en attendant le recours systématique à la médecine de précision.

Rédigé par Sophia Qadiri