Si nombre de wearables ont pour but de mesurer l’activité quotidienne des individus, peu seraient habilités à vérifier l'inactivité physique. Un mal, quand on regarde les chiffres de l'implication sur la santé.

Wearable : et si on mesurait l’inactivité ?

Sur 82 wearables présents sur le marché et analysés par l’Université de Loughborough, 9 seulement seraient adaptés à la mesure de périodes de sédentarité. Un chiffre qui peut sembler anodin quand on sait que l’utilité première de ces Fitbit, Garmin et autre Jawbone se trouvent dans la mesure de l’activité physique et des marqueurs de santé… Et pourtant !

Pour rappel, l'inactivité physique est à l'origine de nombreux maux, tels que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et des cancers et, selon l’OMS, elle représenterait l’un des dix facteurs de risques de mortalité dans le monde. D'où l'importance de cette étude qui rappelle que ce type de capteurs pourraient apporter l'instantanéité et une personnalisation nécessaire à la lutte contre ce type de maladies.

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale