Selon l'Association de l'industrie du téléphone cellulaire (CTIA) qui se base sur l'activité de 90 % des opérateurs, les Etats-Unis comptaient en 1998, 69,2 millions d'abonnés au téléphone mobile,...

Selon l'Association de l'industrie du téléphone cellulaire (CTIA) qui se base sur l'activité de 90 % des opérateurs, les Etats-Unis comptaient en 1998, 69,2 millions d'abonnés au téléphone mobile, soit 14 millions de nouveaux abonnés en un an (+ 25 %). L'accroissement de la concurrence et la baisse des prix des communications expliquent ce dynamisme. Selon le CTIA, la facture mensuelle de l'abonné américain atteint aujourd'hui 39,43 dollars (239 F), soit une baisse de 7,8 % en un an. Parallèlement, la durée moyenne de communication n'a progressé que de 2,39 secondes. En 1998, les opérateurs ont réalisé un chiffre d'affaires cumulé de 33,1 milliards de dollars (200 milliards de F) en hausse de 20 %, malgré la pression tarifaire compensée par l'augmentation du volume du trafic et du nombre d'abonnés. L'an dernier, les opérateurs ont dépensé 14,5 milliards de dollars dans leurs infrastructures et leur système d'exploitation, portant à 60,5 milliards de dollars l'investissement total dans la téléphonie mobile américaine. La téléphonie mobile numérique ne représentait l'an dernier que 27,8 % du marché du téléphone cellulaire, soit 18,3 millions d'abonnés. Selon les statistiques de l'Idate, l'Amérique du Nord capte 24 % du marché mondial, derrière la zone Asie-Pacifique et l'Europe de l'Ouest. Pour prendre une part de la croissance, les fabricants européens de terminaux et d'infrastructures nouent des alliances, comme le français Alcatel qui vient de signer un accord de partenariat avec l'américain Motorola. (La Tribune - 6/04/1999)