La 3G LTE s'annonce comme la prochaine norme de référence pour les réseaux mobiles à large bande. Mais elle sera concurrencée par d'autres technologies comme le Wimax.

Près de 24 millions de personnes utiliseront la technologie 3G LTE (Long Term Evolution) de réseau mobile d'ici 2012, soit deux ans après le lancement annoncé des premières versions du système, annonce Juniper Research. Qui estime dans l'étude "Mobile Broadband Technologies" que celui-ci a d'ailleurs toutes les chances de devenir à terme la principale norme pour les réseaux mobiles à large bande. Principale raison invoquée : la nouvelle génération du haut-débit mobile prolonge naturellement les réseaux HSPA (High Speed Packet Access) préexistant, et profitera des infrastructures déjà installées pour le protocole.
Des débits montants plus importants
Autre avantage, et non des moindres, le LTE promet des débits allant jusqu'à 100 Mbp/s en lien descendant et 50 Mbp/s en ascendant. Par comparaison, rappelle Juniper dans le livre blanc du rapport, le Wimax (Worldwide Interoperability for Microwave Access) devrait proposer un débit moyen de 35 Mbp/s et une puissance maximale de 75 Mbp/s. Le LTE devrait également permettre de réduire le temps de latence et une amélioration de la largeur du spectre, qui représente le nombre d'informations pouvant être transmises sur une bande passante. Reste que la partie est loin d'être gagnée.
En concurrence avec le Wimax
Jusqu'en 2012, le HSPA dominera largement le paysage des réseaux haut-débit mobile, en rassemblant près des trois quarts de l'ensemble de la base d'abonnés. Le Wimax mobile, qui bénéficie d'un peu d'avance sur le LTE, devrait également attirer un nombre conséquent de souscripteurs. D'où la nécessité pour la nouvelle norme de rester la plus compétitive possible en terme de coût et de performance pour ne pas se laisser dépasser.

(cliquez pour agrandir)

L'Atelier groupe BNP Paribas