Après Motorola, c'est au tour du finlandais Nokia de publier ses résultats. Le constructeur a bien rempli sa mission, conforme à ses dernières déclarations de prévisions. Son chiffre d'affaires...

Après Motorola, c’est au tour du finlandais Nokia de publier ses résultats. Le constructeur a bien rempli sa mission, conforme à ses dernières déclarations de prévisions. Son chiffre d’affaires s’est établi à 8,8 milliards d’euros, en baisse d’1 % par rapport au dernier trimestre 2002, mais sa division téléphonie mobile, avec 7 millions d’euros de chiffre d’affaires, a vu ses ventes croître de 4 %. La division réseaux de Nokia a quant à elle reflué de 18 %. Côté produits, les téléphones à écran couleur sont en passe de se généraliser, puisqu’ils représentent déjà la moitié des téléphones livrés par Nokia au dernier trimestre 2003. Le fabricant a d’ailleurs lancé 12 modèles de téléphones équipés d’une caméra à la fin de l’année, et même s’il se limite à la sortie de 40 modèles par an, il n’en a pas moins augmenté de 23 % ses dépenses en recherche et développement (soit 3,76 milliards d’euros). Siemens, de son côté, s’est lui aussi largement appuyé sur sa division téléphones portables : son chiffre d’affaires dans les équipements de réseaux a poursuivi sa descente, mais celui des terminaux mobiles a crû de 38 % au quatrième trimestre 2003 par rapport à la même période un an plus tôt. Le fabricant allemand attribue cette envolée au lancement de nouveaux téléphones (26 en 2003), et compte bien poursuivre sur cette lancée, avec la sortie prévue de 30 nouveaux modèles en 2004. Quant à Nokia, ses prévisions sont au beau fixe, puisque Jorma Ollila, président de Nokia, a annoncé une prévision de croissance de 10 % du marché. Et n’oublions pas que 2004 est l’année du lancement commercial de l’UMTS, qui offre de belles perspectives de croissance pour tous les fabricants de téléphones portables. (Atelier groupe BNP Paribas – 23/01/2004)