Les internautes ne veulent pas d'un impôt supplémentaire. Le 25 janvier, Free protestait contre un amendement du projet de loi sur la télévision du futur visant à instaurer une nouvelle taxe sur...

Les internautes ne veulent pas d'un impôt supplémentaire. Le 25 janvier, Free protestait contre un amendement du projet de loi sur la télévision du futur visant à instaurer une nouvelle taxe sur les offres triple play. Moins de 48 heures après l'ouverture par le FAI du site impot-internet.net, près de 500 000 mails ont déjà été adressés aux députés. Conforté dans sa position, le groupe espère désormais pouvoir négocier les modalités d'une telle cotisation avec les acteurs concernés.
 
Pour la filiale d'Iliad cette taxe, destinée au COSIP (Compte de soutien à l'industrie des programmes), risque non seulement d'être payée par le consommateur mais est également totalement injustifiée. En effet, la société estime que les opérateurs contribuent déjà au développement de la création audiovisuelle.
 
Le FAI rappelle aussi que la réduction du taux de TVA dont bénéficient plusieurs diffuseurs télécoms n'est pas, contrairement aux affirmations du secteur audiovisuel, un "cadeau fiscal", mais a permis d'importants investissements, notamment dans la création de box.
 
Aujourd'hui, Free appelle à une concertation "autour du problème posé par le financement de la création audiovisuelle" et souhaite discuter les conditions d'application de cette taxe. Il exige une réforme de la chronologie des médias, l'accès de tous les contributeurs aux produits audiovisuels financés par le COSIP, la mise en place d'offres de VOD (Video on Demand) économiquement viables et le respect du principe de neutralité technologique.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 01/02/2007)