répondre. (voir la revue de presse du 20/02). Les grévistes du centre de renseignements d'Itinéris d'Oberhausbergen (banlieue de Strasbourg) semblent déterminer à poursuivre leur mouvement de grève...

répondre. (voir la revue de presse du 20/02). Les grévistes du centre de renseignements d'Itinéris d'Oberhausbergen (banlieue de Strasbourg) semblent déterminer à poursuivre leur mouvement de grève après l'échec des discussions lundi avec leur direction. La grande majorité des 250 télé-opérateurs employés par Céritex, le prestataire privé de France Télécom Mobiles qui gère le 712 (voir l'article ci-dessous), suit cette grève commencée le 18 février dernier pour réclamer une hausse de salaire. Il faut dire que les télé-opérateurs d'Oberhausbergen, renseignent les abonnés à Itinéris 24 h/24, sept jours sur sept, enchainant les appels au rythme moyen de 45 secondes l'appel. Ils ont obtenu une temporisation, entre chaque appel, de deux, puis de quatre secondes. Un opérateur, employé le plus souvent en CDI à temps partiel (25 à 30 heures) peut traiter en une seule journée jusqu'à 400 appels, le tout pour un salaire mensuel de 4 000 à 5 000 F. Les appels n'ont cessé de croître avec l'explosion du nombre d'abonnés Itinéris pour franchir en octobre, la barre du million. Mis en cause pour sa politique sociale, Céritex se défend en affirmant que les conditions de travail sont bien meilleures que celles pratiquées dans les sociétés de télémarketing. Tout en rejetant l'entière responsabilité sur Céritex, on ne "souhaite pas faire de commentaire sur le conflit" chez France Télécom Mobiles. Depuis quelques temps, France Télécom souhaite internaliser son service de renseignements téléphoniques Itinéris. Un reroutage partiel des appels du 712 est déjà opéré en direction du 12. (La Tribune - 25/02/1998)