Les Anglais savent ce dont ils parlent lorsqu'ils abordent le thème de la VoIP (Voice Over Internet Protocol). Les résultats d'une enquête menée par Harris Interactive montre que les Anglais...

Les Anglais savent ce dont ils parlent lorsqu'ils abordent le thème de la VoIP (Voice Over Internet Protocol). Les résultats d'une enquête menée par Harris Interactive montre que les Anglais savent à 46% ce qu'est la voix par Internet ou l'utilisent déjà.
Et ça n'était pas gagné d'avance... En septembre, un sondage mené par Verizon montrait que 10% des Américains choisissaient la case vodka allégée quand on leur demandait ce que signifiait l'acronyme VoIP.
Le sondage de Harris Interactive s'est aussi intéressé aux Etats-Unis et il montre que de l'autre côté de l'Atlantique, le pourcentage de sondés qui savent ce qu'est la VoIP est passé de 36% à 51%.
Même si aujourd'hui, le nombre d'Anglais au courant progresse, une large frange de la population ne sait absolument pas de quoi il s'agit : 41 % d'Anglais (contre 26% d'Américains).
Notons d'ailleurs que les hommes sont plus calés sur le sujet que les femmes : 57% des hommes ont entendu parler de la VoIP contre... 28% des femmes. Aux Etats-Unis l'écart est aussi significatif : 34% des femmes contre 62% des hommes.
Quand on leur demande le nom des acteurs du marché et malgré la concurrence accrue qui y règne, les Anglais sont au point. Ils citent Skype et British Telecom (quand les Américains citent Vonage). Mais l'écart entre les hommes et les femmes persiste. Cependant, les opérateurs grands publics sont également connus des deux sexes. Les femmes comme les hommes parlent de Yahoo et d'AOL.
Parmi les adultes qui n'utilisent pas encore la VoIP, plus de la moitié se disent intéressés (56%). Cependant, seulement 11% se disent très intéressés par la possibilité de passer des coups de fils par Internet. Aux Etats-Unis, les chiffres sont quasiment identiques : 49% contre 9%.
(Atelier groupe BNP Paribas - 28/04/2006)