Le 10 mai 2005, l'Association française des opérateurs mobiles (Afom) avait signé une charte avec l'Association de régulation des communications électroniques et des...

Le 10 mai 2005, l'Association française des opérateurs mobiles (Afom) avait signé une charte avec l'Association de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) et la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées (DIPH). Objectif de cet accord: rendre les nouvelles technologies mobiles plus accessibles aux handicapés. Le 26 septembre, les opérateurs ont rendu leur premier bilan, plutôt positif.
 
La charte a été élaborée à l'initiative des associations, annonce la Délégation, qui rappelle qu'elles "ont attiré [leur] attention sur le fait que la téléphonie mobile est un outil formidable pour les handicapés, à condition qu'il leur soit accessible". Lors de la signature, les opérateurs avaient donc pris un certain nombre d'engagements pour offrir à chaque type de handicap des services adaptés. Il semble qu'aujourd'hui, ceux-ci aient été respectés.
 
Parmi les services adaptés, la fonction gratuite vocale de synthèse vocale pour les malvoyants et les aveugles a été instaurée, de même que la facture en gros caractères ou en braille ou encore la visiophonie au prix de la voix pour les malentendants. Côté information sur les offres, de nets progrès ont été constatés, à travers les brochures, les sites Web ou dans les points de vente. Enfin, les opérateurs tentent de sélectionner chez les fabricants des appareils adaptés à chaque type de handicap.
 
Ceux-ci, pour le moment, n'accordent pas beaucoup d'attention à un projet qu'ils n'ont pas signé. Les impliquer sera un des prochains défis de la DIPH, qui annonce vouloir "travailler avec les équipementiers sur des questions d'ergonomie". D'autres efforts sont encore à fournir, comme un travail pour mettre le mobile à disposition des handicapés mentaux, ou la séparation des offres selon les types de handicap, aujourd'hui confuse. Au final, un malvoyant se verra proposer des services totalement différents de ceux fournis aux aveugles.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 27/09/2006)