Les propriétaires d'un téléphone sont de plus en plus nombreux à télécharger des modules leur permettant d'accéder à des services d'information, de communication ou de formation.

Les adultes américains friands d'applications mobiles

La croissance des smartphones a une influence logique sur celle des applications : selon le Pew Research Center’s Internet & American Life Project, près de 40 % des adultes qui possèdent un téléphone avaient téléchargé au moins une application en août 2011, contre 22 % en septembre 2009, date d'une précédente enquête de l'institut. Ce chiffre monte à 50 % si on prend en compte les mobiles qui contiennent ce type de modules au moment de l'achat. Mais ce dernier chiffre ne fait pas le constat d'un intérêt réel des individus pour les applications. Cet intérêt se retrouve aussi évidemment sur les tablettes.

Les applications les plus téléchargées

Les trois quarts des adultes qui possèdent un de ces appareils (environ 10 %) téléchargent aussi régulièrement des applications. En ce qui concerne le type de modules plébiscités, le Pew note une préférence des individus pour les services qui proposent des mises à jour régulières de l'information, du temps, des actualités sportives, ou de la Bourse. Les applications qui facilitent la communication avec ses proches se positionnent aussi en tête (67 % des personnes qui téléchargent ont acquis une de ce type). Enfin, celles qui permettent de s'améliorer dans une discipline sont aussi appréciées (64 %).« Si l'accès aux services par le biais d'une application reste quelque chose d'encore assez récent, les usages sont les mêmes que ceux observés des technologies précédents, comme la fourniture d'informations et de moyens de communication".

Une forte croissance de popularité

Voilà ce qu'explique Kristen Purcell, auteur du rapport et Directrice Adjointe de recherche à l'Institut. Le profil des individus qui téléchargent n'a pas non plus formellement changé depuis la dernière étude : il s'agit majoritairement de jeunes, d'individus plutôt aisé, éduqués, et qui vivent en zone urbaine ou péri-urbaine. L'étude a été menée du 25 juillet au 26 août parmi 2 260 adultes âgés plus de 18 ans et inclut des enquêtes en anglais et en espagnol sur les portables et sur les fixes.