Pour adapter son activité au retournement du marché des réseaux sous-marins et au ralentissement du marché de la fibre optique, Alcatel vient de présenter un projet comprenant des mesures économique...

Pour adapter son activité au retournement du marché des réseaux sous-marins et au ralentissement du marché de la fibre optique, Alcatel vient de présenter un projet comprenant des mesures économiques, industrielles et sociales. Des dispositions vont être prises en France pour les sites de Calais, Conflans Sainte Honorine, Douvrin, Nanterre, Nozay et Ormes (3 883 personnes fin septembre 2001). 172 salariés de l’activité réseaux sous-marins d’Alcatel sont concernés par un ensemble de mesures, notamment des congés de fins de carrière et des mutations vers des sites voisins. De plus, les contrats temporaires de 873 personnes ne seront pas renouvelés dans les réseaux sous-marins et la fibre optique. Des réductions d’effectif seront également mis en œuvre dans les sites de réseaux sous-marins de Greenwich en Grande-Bretagne et de fibre optique de Claremont aux Etats-Unis. Par ailleurs, l’usine de câbles sous-marins de Port Botany en Australie sera mise en veille d’ici le milieu de l’année 2002. Après la fermeture annoncée en mai de l’usine de câbles sous-marins de Portland aux Etats-Unis, ces mesures représentent une suppression de 2 151 postes dans l’activité réseaux sous-marins, soit 48 % de l’effectif mondial employé. Elles correspondant aussi à une suppression de 867 postes dans l’activité fibre optique, soit 17 % de l’effectif mondial employé. Au total, 3 038 postes vont être supprimés sur un effectif mondial de 9 320 personnes employées au sein de ces activités. L’essentiel de ces mesures devrait être réalisé d’ici le milieu de l’année 2002. (Christine Weissrock – Atelier BNP Pribas – 4/10/2001)