Après avoir connu une nette amélioration de son activité et de ses résultats en 1997, la filiale allemande d’Alcatel, malgré trois années de restructuration, vient d’annoncer une chute de son chiff...

Après avoir connu une nette amélioration de son activité et de ses résultats en 1997, la filiale allemande d’Alcatel, malgré trois années de restructuration, vient d’annoncer une chute de son chiffre d’affaires semestriel à 1,52 milliards de marks (5 milliards de F) de 28,5 % et un résultat net tout juste bénéficiaire à 11 millions de marks (36 millions de F), dû notamment à des plus-values de cession, contre un profit de 92 millions de marks (308 millions de F) l’an passé. Le résultat d’exploitation est en perte de 28,4 millions de marks (95 millions de F) au lieu d’un bénéfice fin juin 1997 de 104,4 millions (350 millions de F). Les perspectives ne semblent pas encourageantes pour l’ensemble de l’exercice. SEL prévoit un chiffre d’affaires de 4,8 milliards de marks, en recul par rapport à 1997 de 15 %. Le résultat opérationnel est revu à la baisse. Selon SEL, la crise en Asie et en Russie est à l’origine de cette contre-performance. Toutefois, au 30 juin 1998, les exportations s’élevaient à 655 millions de marks, soit une progression de 19 %, alors que les ventes en Allemagne ont reculé de 45 % (866 millions de marks). Plusieurs explications sont avancées. Non seulement Deutsche Telekom a terminé en 1997 la modernisation de ses infrastructures de télécommunications, mais l’opérateur allemand à geler ou reporter certains investissements. Enfin, pour améliorer sa structure financière, Deutsche Telekom a décidé de réduire ses investissements. (La Tribune - les Echos - 30/09/1998)