AOL et Netscape ont reconnu être actuellement en négociation pour fusionner. Selon les termes de l’accord en préparation, les actionnaires de Netscape recevraient 0,45 action d’AOL pour chaque actio...

AOL et Netscape ont reconnu être actuellement en négociation pour fusionner. Selon les termes de l’accord en préparation, les actionnaires de Netscape recevraient 0,45 action d’AOL pour chaque action de Netscape, ce qui valorise l’éditeur californien à 4 milliards de dollars. Cette opération serait la plus importante jamais réalisée dans le secteur d’Internet.

Un accord commercial avec Sun Microsystems, autre ennemi de Microsoft, pourrait venir compléter cette opération. Sun Microsystems mettrait son réseau de distribution au service de certains logiciels de Netscape destinés aux entreprises. Toutefois, ceci n’a pas été confirmé.

Cette fusion pourrait avoir un impact majeur. Ayant longtemps utilisé des technologies fermées à Internet, AOL devrait profiter largement des logiciels et du savoir-faire des ingénieurs de Netscape pour s’ouvrir davantage sur Internet. Cette opération lui permettrait surtout de se positionner sur les marchés de croissance de demain. Tous les industriels travaillent aujourd’hui autour de deux axes: les services délivrés sur Internet (messagerie, commerce électronique, actualités …) et les équipements électroniques qui pourront se connecter au Web (téléphone, assistant numérique personnel, …). La fusion des deux sites “portails” d’AOL et de Netscape (Netcenter), ayant respectivement 24 et 16 millions de visiteurs chaque mois, va permettre aux deux groupes de créer un point d’entrée stratégique sur Internet pour le commerce électronique et les services délivrés sur le Web. Cet accord risque de perturber Excite (allié à Netscape) et Lycos, mais bien encore davantage Microsoft (20 millions de visiteurs) qui a misé des centaines de millions de dollars sur ses sites MSN et MSNBC. Cet accord permettrait à Netscape de retrouver le leadership de son logiciel de navigation ravi par Microsoft. Si l’alliance avec Sun Microsystems se concrétisait, les trois sociétés pourraient présenter une plate-forme logiciel (Communicator et Java) permettant de se dispenser d’utiliser Wndows pour transférer des données sur le réseau. (Le Monde Les Echos La Tribune L’Agefi Le Figaro Libération - 24/11/1998)