eGovBat propose aux sociétés du bâtiment et aux collectivités locales d'échanger livraisons, factures mais aussi appels d'offres par le biais d'un site sécurisé.

Appels d'offres et documents administratifs se gèrent tout aussi bien sur le web

"Aujourd'hui nous estimons, selon un rapport récent de l'OCDE, que 3 à 4% du PIB de la France part dans les formalités administratives papiers, qui sont extrêmement lourdes et coûteuses", explique Jean-Marc Vauguier, directeur du Pôle de Compétitivité Transactions Electroniques Sécurisées (TES) et coordinateur du projet eGovBat. Ce dernier, qui a été présenté le 8 décembre à Caen, vise à faciliter les relations commerciales entre les sociétés du bâtiment et les collectivités locales (en Basse Normandie pour commencer puis à l'échelle nationale) en dématérialisant notamment les appels d'offres publics. Cette initiative fait suite au rapport Warsmann sur la simplification administrative dont certaines recommandations ont été validées par l'Etat. La plate-forme, qui devrait être active en juin 2012, inclut un ensemble de solutions Open Source, visant à imposer un langage informatique commun, le XML, à toutes les données numériques administratives.

Homogénéiser les plate-formes et les langages

Chaque document sera ainsi modulé et standardisé afin de pouvoir être lu par tous. "Si la dématérialisation a échoué jusqu'ici, et que tout le monde est resté au format papier, c'est parce que chaque organisation a créé son propre portail et son propre code, rendant impossible tout échange d'informations", continue Gilles Brandel, président-directeur de SRCI, chargé de créer la plate-forme. Le système met également en place un système d'armoire numérique sécurisée, évolution du coffre-fort électronique. Les collectivités pourront aussi rendre certains de ces fichiers accessibles directement, grâce à des certificats d'authentification adéquats.

L'armoire numérique pour des accès facilités aux données

"Ce que nous souhaitons est de réduire le besoin pour les documents (bons de commandes, livraisons, factures, effectifs) de faire la navette entre l'entreprise et l'administration", décrit Thomas Derbis, responsable formation pour l'Echangeur Basse-Normandie, partenaire du projet. Si eGovBat se concentre sur le bâtiment, la plate-forme et le langage utilisé devraient être applicables à tous les secteurs d'activités. Un élargissement qui pourrait intéresser les PME, qui se privaient jusqu'ici d'opportunités à cause de démarches administratives trop complexes à gérer pour de petites équipes. L'importance de la demande devrait permettre de voir l'apparition d'offres d'armoires numériques plus abordables avec l'arrivée de nouveaux acteurs. Reste qu'à l'heure actuelle, les premiers prix s'élèvent à 15 000 euros, encore trop coûteux pour les PME.