Selon une étude de l’Idate, les Etats-Unis comptent aujourd’hui plus de 2,1 millions d’abonnés au DSL, contre 0,6 million à la fin du 1er trimestre 2000. Les opérateurs historiques (propriétaires ...

Selon une étude de l’Idate, les Etats-Unis comptent aujourd’hui plus de 2,1 millions d’abonnés au DSL, contre 0,6 million à la fin du 1er trimestre 2000. Les opérateurs historiques (propriétaires des lignes) contrôlent plus de 75 % des abonnés DSL, soit environ 1,6 million de clients fin 2000 (avec plus de 350 000 lignes supplémentaires au cours du 4ème trimestre). Ils ciblent principalement l’installation de lignes DSL en zone résidentielle. SBC, 2ème compagnie de téléphonie locale après l’absorption aux Etats-Unis d’Ameritech avec 61,3 millions de lignes d’abonnés, est l’un des principaux fournisseurs de DSL. Fin septembre, la société totalisait 516 000 lignes en services, dont 117 000 nouveaux abonnés DSL au 3ème trimestre). SBC installait 3 000 à 4 000 lignes par jour fin 2000 et prévoyait d’élargir la couverture DSL à 80 % de ses abonnés d’ici fin 2002. Verizon, née de la fusion entre Bell Atlantic et GTE, comptait 540 000 abonnés DSL fin 2000, contre 350 000 fin septembre. La société prévoyait une fusion de ses activités DSL avec NorthPoint Communication, l’un des principaux acteurs américains de la technologie DSL. Toutefois, cette fusion n’ayant pu aboutir, à cause notamment d’un certain nombre de difficultés rencontrées par NorthPoint (endettement croissant, impayés de plusieurs clients), NorthPoint Communication a été contraint de déposer son bilan fin janvier 2001. BellSouth, totalisait 215 000 abonnés DSL fin 2000, contre 134 000 fin septembre. Plus de 11,5 millions de lignes téléphoniques utilisent les services d’accès Internet à haut débit de BellSouth sur 46 marchés. L’opérateur prévoit d’atteindre 600 000 abonnés DSL sur 63 marchés d’ici fin 2001. Qwest (comprenant l’actif régional de US West) comptait 250 000 abonnés fin 2000. Le service sera disponible d’ici la fin de l’année auprès des entreprises et des abonnés en zone résidentielle sur plus de 70 marchés répartis dans les 14 Etats couverts par Qwest. Les opérateurs historiques partagent le marché du DSL avec de nouveaux entrants spécialisés dans l’accès par DSL. Investissant dans le DSLAM, ces opérateurs concurrents (fournisseurs d’accès Internet, fournisseurs de transmission de données, opérateurs longue distance …) installent des terminaux DSL dans les entreprises et chez les abonnés résidentiels. Trois sociétés parmi les opérateurs locaux se partagent 90 % du marché de la fourniture de DSL: Covad (270 000 lignes DSL installées fin 2000), NorthPoint qui vient de déposer son bilan (87 300 lignes DSL installées fin septembre) et Rhythms NetConnections (67 000 abonnés DSL prévus fin décembre 2000). Le déploiement du DSL en Europe compte environ 12 mois de retard par rapport aux Etats-Unis. Fin 2000, moins de 600 000 lignes DSL étaient installées en Europe, contre plus de 700 000 lignes à haut débit via les modems câblés. Avec environ 500 000 lignes DSL installées fin 2000, exploités principalement par Deutsche Telekom, l’Allemagne est nettement en avance. L’opérateur avait fourni fin décembre une accessibilité au DSL à 60 % des abonnés du pays, chiffre devant être porté à 90 % d’ici décembre 2001. Au 31 décembre, près de 80 000 lignes DSL étaient déployées en France, exploitées par France Télécom et par certains autres opérateurs concurrents via ses plates-formes DSL. France Télécom affirme que ses services DSL serontt disponibles auprès de 65 % de la population en 2001, soit environ 11,5 millions de lignes. British Telecom a équipé 615 centraux avec ses propres équipements DSL. Fin octobre, l’opérateur comptait 14 000 abonnés résidentiels (y compris les abonnés résidentiels de la division Openworld). BT prévoit 100 000 nouveaux abonnés à Openworld connectés d’ici le milieu 2001. Selon l’Idate, 12 à 15 millions de lignes DSL pourraient être en service en Europe en 2004. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 21/03/2001)