Entre effet d'annonce et craintes des marchés, la monnaie virtuelle a beaucoup fait parler d'elle mais peine à rentrer dans les habitudes des consommateurs.

Bitcoin : une monnaie sans utilisateurs?

Au fil de nos pérégrinations sur Internet, il est de plus en plus courant de croiser des Bitcoins, cette monnaie virtuelle basée sur un système de pair à pair qui fut lancée il y a déjà 4 ans. Cependant si les sigle et nom commencent à acquérir une relative notoriété, qu'en est-il de la réalité pratique de cette monnaie sans base géographique ni marché spécifique? Les chercheurs de Primer Research ont ainsi effectué une étude auprès de la population américaine pour essayer de définir l'image des Bitcoins, non pas auprès des utilisateurs mais des internautes. Il apparaît ainsi que si la monnaie souffre encore de sa spécificité et du bagage culturel très informatique auquel elle renvoie, une certaine reconnaissance commence à apparaître, notamment dans le potentiel économique.

Un concept encore flou

Au vu des résultats de l'étude, ce sont ainsi près de 40% des américains interrogés qui avancent avoir une certaine connaissance des Bitcoins. Si le chiffre peut sembler encore faible, l'importance de la pénétration des outils internet auprès de la population indique que ces quelques 40% représentent un peu moins de 100 millions d'individus. Cependant, si le nom est reconnu, l'appréhension du concept de monnaie électronique est encore parcellaire. Ce sont ainsi 57% des interrogés qui n'ont su dire si le Bitcoin était un mouvement social, un moyen d'investir ou, par exemple, un mécanisme de transfert de fonds. Dans la lignée de cette méconnaissance, la confiance accordée à la monnaie est encore faible ou indéterminée selon les réponses. 60% des personnes interrogées par Primer Research étaient ainsi incapables de noter leur confiance dans le Bitcoin en comparaison avec le dollar. Il apparaît ainsi que Bitcoin souffre d'un réel problème d'image : si le nom commence à devenir familier, l'utilisation pratique de la monnaie de pair à pair est encore largement inconnue. Comme l'indique le site Bitcoin, personne ne possède le réseau ni le nom Bitcoin, rendant dans les faits une campagne de communication cohérente d'autant plus difficile à mettre en place.

Des Bitcoins dans notre portefeuille?

Il faut cependant, dans notre analyse, rappeler que la spécificité du concept même de Bitcoin, en tant que monnaie par essence volontaire, non nécessaire à la différence des monnaies nationales, en rend l'appréhension plus complexe. Ainsi, si la reconnaissance est encore d'importance moyenne, près de 23% des interrogés au total entendent dans les 5 prochaines années intégrer des Bitcoins à leur portefeuille. Pour ceux qui ont une certaine connaissance du fonctionnement et des enjeux de la monnaie, ce chiffre monte même à 51%. Il faut en effet noter le potentiel du marché, si les Bitcoins ne sont pas prêts de remplacer les différentes monnaies d'échange, il semble que pour 20% des individus environ, une connaissance approfondie de la monnaie amène à en acquérir. Dès lors, il s'agit bien avant tout d'un problème d'image, problème qui ne saurait pour le moment être résolu avant la mise en place d'une stratégie cohérente et construite au point de vue globale.

Rédigé par Quentin Capelle
Journaliste