Couvrant désormais 90 % de la population française, Bouygues Télécom souhaite maintenant se développer sur le créneau de la clientèle entreprises pour compenser la baisse du revenu moyen par abon...

Couvrant désormais 90 % de la population française, Bouygues Télécom souhaite maintenant se développer sur le créneau de la clientèle entreprises pour compenser la baisse du revenu moyen par abonné. Malheureusement, ce secteur (entre 2,5 et 3 millions d’abonnés sur un total de près de 10 millions seraient des professionnels), est encore largement dominé par Itinéris (55 % environ de part de marché) et par SFR (45 % environ). Les clients de Bouygues Télécom Entreprises représenteront en 1998 environ 10 % des abonnés de l’opérateur, soit un chiffre d’affaires de près de 300 millions de F sur un total de 3,8 milliards. L’objectif est d’atteindre 600 millions en 1999.

Pour séduire cette clientèle, Bouygues Télécom souhaite se rapprocher des opérateurs fixes s’adressant aux entreprises afin qu’ils puissent proposer à leurs clients des offres couplées fixes et mobiles. Ayant entamées des discussions avec 7 opérateurs. Bouygues Télécom leur propose une commission pour chaque recrutement d’abonné et, éventuellement, une commission sur le trafic généré. Bien que cette proposition soit tentante pour les opérateurs, elle est également risquée. En effet, Bouygues Télécom veut inciter, à terme, les entreprises à utiliser de plus en plus leur mobile pour les communications vocales et délaisser progressivement leur téléphone fixe.

D’ici au printemps prochain, Bouygues Télécom a d’ailleurs annoncé qu’il commercialiserait une offre de “réseau privé virtuel mobile” (numérotation abrégée à 4 chiffres entre tous les téléphones mobiles d’une entreprise et une tarification avantageuse pour toutes les communications passées depuis ou vers un mobile de la flotte d’entreprises). (Les Echos Le Figaro La Tribune - 11/12/1998)