Une nouvelle façon d'utiliser son téléphone mobile est en train de voir le jour : le téléphone gratuit. Le concept initié par le groupe suédois GratisTel est simple. Dialoguant sans frais, les u...

Une nouvelle façon d'utiliser son téléphone mobile est en train de voir le jour : le téléphone gratuit. Le concept initié par le groupe suédois GratisTel est simple. Dialoguant sans frais, les utilisateurs de téléphones mobiles doivent écouter en échange de courts messages publicitaires (un premier message avant la connexion, un autre toutes les 2 ou 3 minutes). Numéro un du cellulaire au Danemark, Sonofon a été le premier opérateur mobile à avoir retenu cette innovation. Ayant déposé des brevets dans le monde entier pour protéger ce concept, GratisTel est actuellement en négociation pour tenter d'exporter l'idée. Le groupe Bouygues Télécom s'est d'ores et déjà positionné. Dès cet été, l'opérateur devrait lancer un test de la carte prépayée Nomad auprès de 15 000 utilisateurs. Les utilisateurs intéressés disposeront chaque mois de 30 minutes supplémentaires de communications gratuites. Bouygues Télécom Publicité, une régie publicitaire, sera créée pour tenter de séduire, dans un premier temps, des annonceurs qui bénéficieront de "spots" gratuits pendant la période de test. Cette régie associera l'opérateur à la société PLS de Philippe Le Grix de la Salle. Un premier bilan sera effectué avant la fin de l'été pour une éventuelle commercialisation avant la fin de l'année.

Actuellement, GratisTel est en discussions avancées avec des opérateurs dans quatre autres pays à qui il propose une exclusivité géographique à chaque fois. Ce concept permet d'identifier les utilisateurs (chaque client remplit une fiche détaillée) et d'adresser suivant ses goûts, ses centres d'intérêt, etc. des messages spécifiques. La personne qui appelle n'entend pas forcément le même message que la personne recevant l'appel.

Depuis l'an dernier, le "téléphone gratuit" est commercialisé sur le marché du fixe en Suède (115 000 abonnés) et en Norvège (70 000 abonnés). GratisTel estime que d'ici à la fin de l'an 2000, ce concept pourrait séduire près de 10 millions d'utilisateurs (fixes et mobiles) dans le monde. (Les Echos - 22/01/1999)