Les factures exorbitantes de mobiles au retour des vacances, c'est fini ! Depuis quelques temps déjà, Bruxelles s'est emparé du dossier du roaming. Le temps des mesures concrètes est arrivé...

Les factures exorbitantes de mobiles au retour des vacances, c'est fini ! Depuis quelques temps déjà, Bruxelles s'est emparé du dossier du roaming. Le temps des mesures concrètes est arrivé. Viviane Reding a présenté les lignes directrices du règlement qui sera adopté au niveau européen. Les régulateurs, députés et gouvernements sont tombés d'accord avec cette annonce, les opérateurs, eux, ont du mal à avaler la pilule.
 
 "J'ai averti les opérateurs mobiles à de nombreuses reprises", a expliqué Viviane Reding, la commissaire européenne chargée de la Société de l'Information lors d'une conférence de presse. "Ils semblent avoir des difficultés à comprendre".
 
L'Union européenne avait déjà ouvert un site Internet pour renseigner les abonnés mobiles sur les frais d'itinérance qui leur sont facturés en déplacement. La transparence des tarifs exigés par les opérateurs selon les pays a été radicale. La facturation varie du simple au quadruple selon le pays d'où l'on appelle.
 
Viviane Reding avait exigé, en octobre dernier, des opérateurs qu'ils réduisent les frais d'itinérance tout en leur accordant un délai de six mois pour mettre en pratique des mesures concrètes. Aujourd'hui, à peu de choses près (quelques opérateurs ont fait un effort pour réduire leurs frais), rien n'a évolué. La commissaire compte donc faire adopter une législation.
 
Le règlement sera présenté au mois de juin après consultation des acteurs du marché. Une fois adopté, il devrait être directement applicable dans les droits nationaux sans avoir besoin d'être transposé dans chaque pays - opération qui peut durer des années à l'instar du DADVSI.
 
Les opérateurs de téléphonie mobile pour lesquels le roaming est une source importante de revenus n'ont pas caché leur mécontentement. "Sur le principe, nous n'avons rien contre une baisse des prix du roaming, elles est tout à fait légitime. Mais nous ne pensons pas qu'une réglementation soit nécessaire. Le libre jeu du marché permet lui aussi de faire baisser les tarifs", commente un porte-parole de l'opérateur allemand T-mobile.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 29/03/2006)