Les tarifs téléphoniques espagnols, notamment pour les communications longue distance, nationales et internationales, figurent parmi les plus chers d'Europe, et ce malgré l'arrivée de nouveaux opé...

Les tarifs téléphoniques espagnols, notamment pour les communications longue distance, nationales et internationales, figurent parmi les plus chers d'Europe, et ce malgré l'arrivée de nouveaux opérateurs. Faisant concurrence à Telefonica, Retevision, et Uni 2 dans la téléphonie fixe, BT proposera, à partir de demain, les tarifs les plus chers du marché. Luis Camarena, directeur de marketing, explique "notre pari, c'est la qualité". BT annonce ainsi des tarifs de 10 à 30 pesetas la minute pour les communications régionales et de 48 à 199 pesetas à l'international. De plus, BT facturera à ses abonnés un minimum de 2 000 pesetas de communications par mois. Toutefois, l'opérateur britannique offrira gratuitement le paquet de services BT-Link, comprenant l'accès à Internet, aux pages web et au courrier électronique. Opérant à travers le réseau de Telefonica, BT a toutefoisl'intention de créer son propre réseau pour un investissement de 890 millions d'euros. Plus de 720 millions ont déjà été investi en Espagne par l'opérateur britannique. Outre les services de transmission de donnés où il compte 1 300 grands clients, BT est aussi présent dans la téléphonie mobile, en détenant 17,81 % d'Airtel. Sa stratégie dans la téléphonie fixe contraste totalement avec celle du quatrième opérateur Jazztell. Ayant investi 12 millions d'euros dans une campagne de publicité où il compare directement ses tarifs avec ceux des autres compagnies, ce dernier annonce d'emblée des tarifs inférieurs de 50 % à ceux des opérateurs les plus chers. Ayant lancé Jazztell en 1997, l'entrepreneur Martin Varsawski soutient "les consommateurs pourront connaître ainsi la situation réelle du marché des télécommunications espagnoles, un marché relativement vierge et où il existe encore une grande marge pour baisser les tarifs". Comptant prendre 5 % du marché, Jazztell devrait investir 600 millions d'euros dans la création de son propre réseau de fibre optique. (Les Echos - 31/05/1999)