Bull, France Télécom R&D et l’INRIA viennent de fonder le consortium ObjectWeb, dédié à fournir aux développeurs une boite à outils permettant de construire des plates-formes applicatives réparties....

Bull, France Télécom R&D et l’INRIA viennent de fonder le consortium ObjectWeb, dédié à fournir aux développeurs une boite à outils permettant de construire des plates-formes applicatives réparties. Objectif d’ObjectWeb: fédérer les initiatives OpenSource autour des middleware d’entreprise (intergiciels). Les logiciels ObjectWeb permettront aux utilisateurs de batir sur du logiciel libre des plates-formes réparties pour tout type d’application dans tous domaine, y compris dans le cadre des environnements complexes comme les télécoms ou la finance. ObjectWeb s’appuie sur trois solutions logicielles développées initialement par les membres fondateurs: JonAS, un serveur transactionnel EJB développé par Evidian, filiale du groupe Bull spécialisée dans l’édition de logiciels, Jonathan, un ORB (Object Request Broker) flexible doté de plusieurs personnalités, développé initialement par France Télécom R&D, Joram, une mise en œuvre robuste de JMS utilisant la technologie Scalagent. Les composants ObjectWeb, combinés et/ou associés avec d’autres logiciels libres, permettent de composer des plates-formes middleware spécialisées: plate-forme J2EE, plate-forme spécialisée pour l’embarqué, plate-forme CORBA … Les logiciels ObjectWeb sont disponibles en téléchargement sur le site http://www.objectweb.org. Leur code source est ouvert aux développeurs. Le consortium coordonnera les moyens nécessaires à la poursuite et à l’extension de ces développements logiciels et assurera aussi la coordination, l’intégration et la diffusion de ces développements. L’INRIA assurera l’hébergement du consortium. Le RNTL (réseau national des technologies logicielles) et le RNRT (réseau national de recherche en télécommunications) soutiennent ObjectWeb. D’autres sociétés sont déjà associées étroitement au développement d’ObjectWeb, notamment ExpertLog, l’AFNOR, Lutris et les start-ups Kelua, Scalagent et Libelis. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 4/02/2002)