Certains employeurs pourraient localiser les appareils des employés disposant à la fois d'applications personnelles et professionnelles. Une possibilité non généralisée évidemment mais qui inquiète les salariés.

BYOD : des collaborateurs soucieux de préserver leurs données

Le fait de pouvoir utiliser ses appareils personnels (mobile, tablette...) pour travailler est considéré par beaucoup de collaborateurs comme la possibilité d'être plus flexible et plus efficace. Pour les entreprises au contraire, cette multiplication des données professionnelles sur des combinés personnels est parfois vue comme une menace. Mais le retour de bâton pourrait ne pas être qu'en ce sens : selon une étude réalisée par Harris Survey et publiée par Fiberlink, certains employeurs utiliseraient des applications permettant de connaître la localisation de leurs salariés, pendant les heures ouvrées ou chômées. D'autres permettraient même d'accéder aux fichiers personnels des individus (photos, musique...). Si l'on en croit l'étude, ces données pourraient être accessibles à partir du moment où l'employé télécharge une application de gestion des données proposée par son entreprise pour gérer la sécurité des données professionnelles sur des appareils personnels.

Un tracking simple à réaliser ?

Le suivi des personnes pourrait alors se faire simplement, en utilisant des technologies existantes, c'est-à-dire en combinant GPS et triangulation. Le rapport souligne également que cela permet à certaines entreprises d'ôter du contenu. Le tout serait indiqué dans les clauses."Cela montre que la vulnérabilité des données personnelles est une préoccupation importante pour les individus", souligne Christopher Clark, président de Fiberlink. "Les organisations devraient du coup être tout aussi préoccupées par la confidentialité des données utilisateurs qu'elles le sont sur la sécurité des données d'entreprise".  De ce fait les employés seraient prêts à cloisonner leur vie privée, quitte à être moins polyvalents et efficients dans leur travail.

Des employés inquiets

En effet, sans grande surprise, pour plus de 80 % des salariés interrogés, cette éventualité d'être "traqués" est considérée comme une invasion de leur vie privée. 86 % se montrent inquiets de la possibilité pour leur employeur d'effacer ces contenus. De même, les trois quarts d'entre eux expliquent qu'en aucune manière, de toute façon, les applications qu'ils installent sur leur téléphone, et les contenus qui y sont présents, ne regardent leur employeur. A noter que cette étude, si ses résultats sont intéressants, doit être jugée avec précaution, car commanditée par un fournisseur d'applications de management des données sécurisées.