Les prestataires de réseaux câblés aimeraient sortir du "tout télé", et diversifier leurs activités. Pour cela, ils privilégieraient la publicité et les services liés au haut débit...

Les prestataires de réseaux câblés aimeraient sortir du "tout télé", et diversifier leurs activités. Pour cela, ils privilégieraient la publicité et les services liés au haut débit. 

D'après une étude publiée par ABI Research, les câblo-opérateurs chercheraient à multiplier leurs sources de revenus. Leur chiffre d'affaires, s'il est principalement généré par la retransmission des programmes télévisés, devrait de plus en plus être le fait de prestations liées à l'Internet haut débit, à la téléphonie fixe, ou à la publicité. La tendance actuelle qui veut que les câblo-opérateurs proposent des offres de services toujours plus étoffées devrait ainsi s'accentuer.

Une progression inexorable

A l'échelle mondiale, le cabinet d'analyse new-yorkais prévoit que la fourniture de ces divers services supplantera les activités plus classiques liées à la télévision câblée. Les chiffres parlent d'eux même: les activités comme les services haut débit ou la publicité devraient représenter 280 milliards de dollars en 2012 alors que dans le même temps, le pan "télévision" atteindrait 270 milliards. La plus forte progression devrait par ailleurs concerner la publicité. Cette dernière, évaluée à 40 milliards cette année, frisera en effet les 195 milliards de dollars en 2012.

Des disparités régionales

Cette évolution, si elle est globale, trouve différentes explications selon la région visée. A cet égard, l'Amérique du nord et l'Asie se distinguent en ce que le marché de la vidéo câblée est arrivé à saturation dans la première et que les opérateurs asiatiques voient une importante source de revenues potentielles dans ces services dits "alternatifs". Le réseau américain, mieux équipé, est par ailleurs plus à même d'assurer la fourniture de services fiables aux entreprises. Evoquant l'essor des activités publicitaires, Stan Schatt, vice président d'ABI Research, précise que cette évolution "aura un impact sur les revenus comme sur les technologies [...]".         

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/07/2007)