La start-up Beeyond accompagne les personnes en recherche d’emploi. Une opportunité pour les départements des ressources humaines des grandes entreprises ?

Les chatbots appliqués aux RH

Les chatbots suscitent l’intérêt des entreprises, et ce en raison de leurs applications prometteuses en matière de service consommateur. TD Bank en faisait l’expérience au printemps dernier. Mais, comme mentionné lors de l’évènement chatbot organisé par Orange Silicon Valley, les robots conversationnels manifestent également un potentiel intéressant pour le domaine des ressources humaines (RH).

La start-up Beeyond, basée à San Francisco, propose d’accompagner les individus dans leur recherche d’emploi grâce à chatbot disponible sur Facebook Messenger. Beeyond prodigue ainsi des conseils d’orientation, sélectionne des entreprises cibles en fonction des domaines qui passionnent l’utilisateur et déniche des opportunités de networking. Derrière le service, se cache de l’intelligence artificielle mais aussi des êtres humains ! Comme l’évoquait Chris Messina, Developer Experience Lead chez Uber lors de l’évènement portant sur les chatbots : « Aujourd’hui, des chatbots pourraient fonctionner entièrement grâce à l’intelligence artificielle mais leurs fonctionnalités resteraient de fait limitées ».  

Le robot Mya créé par la start-up de recrutement FirstJob automatise les premières phases du recrutement

Le robot Mya créé par la start-up de recrutement FirstJob automatise les premières phases du recrutement

Si Beeyond s’adresse aux utilisateurs finaux, une telle offre pourrait également bénéficier aux services RH des grandes entreprises. Pour les candidats comme pour les employés RH, elle pourrait notamment faciliter les premières étapes de candidature et rendre possible une identification rapide de profils spécialisés tout comme favoriser la productivité au travail. Le robot Mya développé par la start-up californienne de recrutement FirstJob permettrait ainsi d’automatiser 75 % du processus de recrutement selon les dires de la jeune pousse.

Rédigé par Pauline Canteneur