Des chercheurs ont réussi à maintenir des satellites de communication en orbite six mois de plus que ne le permettaient leurs capacités énergétiques. Une meilleure rentabilité de ces engins spatiaux est en vue...

Des chercheurs ont réussi à maintenir des satellites de communication en orbite six mois de plus que ne le permettaient leurs capacités énergétiques. Une meilleure rentabilité de ces engins spatiaux est en vue.    
 
Allonger la durée de vie de deux satellites, c'est ce que sont parvenus à faire des chercheurs en astronautique de l'université de Purdue (Etats-Unis) et de la Lockheed Martin Corp, ce, à moindre frais. Grâce à un procédé de simulation avancé et une technique permettant d'équilibrer les niveaux de carburant contenus dans leurs réservoirs, les scientifiques ont ainsi pu maintenir ces engins spatiaux en orbite six mois de plus. D'après leurs calculs, cette opération aurait permis de générer près de 60 millions de dollars de revenus supplémentaires par satellite.
 
Optimiser les réserves en carburant
 
Une découverte qui ne manquera pas d'intéresser les groupes de diffusion. Ces derniers se trouvent en effet face à un phénomène limitant la durée de vie des satellites de communication ancienne génération, encore nombreux dans l'espace. Ces derniers sont équipés de quatre réservoirs de carburant alimentant les fusées qui les maintiennent en orbite. Dès lors que l'un de ces conteneurs se vide, l'engin est déséquilibré et est définitivement perdu, emportant avec lui le reste de carburant contenu dans les autres réservoirs.
 
La solution proposée par les chercheurs américains tient en une simulation qui permet de déterminer la répartition en trois dimension du carburant, l'état d'apesanteur venant compliquer l'opération. Une fois la localisation précise du carburant déterminée, il est possible d'estimer la quantité restante selon un modèle d'analyse thermique développé à cet effet. Jouant sur des dispositifs de chauffage permettant au carburant de ne pas geler dans l'espace, ils ont ainsi pu déterminer la quantité de "fuel" restante en fonction de sa réaction au réchauffement.
 
Des satellites plus rentables
 
Intérêt notable de cette technique, elle repose sur des données de température déjà collectées sur une base régulière, et ne nécessite donc pas d'investissements supplémentaires en terme d'appareillage. La phase finale de l'opération consistait enfin à rééquilibrer les niveaux de carburants au sein des réservoirs. Pour ce faire, les chercheurs ont entrepris une reprogrammation des dispositifs de chauffage et sont parvenus à remplir le conteneur vide en jouant sur des différentiels de température. L'ensemble de l'opération aurait été réalisé en un an et demi pour un coût relativement limité. Rappelons que ce type de satellites a une durée de vie d'environ quinze ans et génèrerait de 5 à 10 millions de dollars par mois. "Une augmentation de cette durée de vie pourrait avoir un fort impact sur les résultats des exploitants", a déclaré Steven Collicott, professeur d'astronautique. 
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 07/09/2007)