Détenue à 80 % par The Marks Group, un câblo-opérateur américain opérant à Los Angeles, et Gerard Klauer Mattison (GKM), un fonds américain d'investissement, Cité Interactive veut développer des ré...

Détenue à 80 % par The Marks Group, un câblo-opérateur américain opérant à Los Angeles, et Gerard Klauer Mattison (GKM), un fonds américain d'investissement, Cité Interactive veut développer des réseaux câblés avec trois types de service : télévision, services multimédias et téléphone en boucle locale. Bénéficiant d'une capacité d'investissements de 1,6 milliard de F pour construire 500 000 prises sur quatre à cinq ans, Cité Interactive veut câbler les villes françaises de moins de 100 000 habitants ignorées par le plan câble. Un premier contrat a été signé avec la ville de Laon (Aisne) pour l'installation de 12 000 prises. Faisant appel à une technologie "hybride" (fibre optique puis câble coaxial jusqu'à chez l'abonné), le réseau devrait être construit totalement d'ici à la fin de l'année prochaine, les premiers clients seront connectés dès la rentrée. L'offre de services destinée aux entreprises ou aux services publics locaux comprend un bouquet de 70 chaînes de télévision (avec une offre d'entrée mensuelle de 70 F pour 20 chaînes), un accès à Internet à haut débit et une offre téléphonique privée. Avant de s'attaquer aux particuliers, Cité Interactive aimerait remporter un premier contrat de services de téléphonie avec un important client comme la municipalité. A terme, l'opérateur souhaite proposer des abonnements à des tarifs inférieurs de 15 % à ceux de France Télécom. Son directeur général Thierry Othnin-Girard indique que Cité Interactive "se prépare aussi à effectuer des rachats de réseaux de petite dimension qui devraient intervenir d'ici quelques semaines". (Les Echos - La Tribune - 06/02/1998)