N’ayant pas échappé à la crisse des télécommunications, COM One se restructure en s’appuyant sur deux partenaires industriels majeurs. Des négociations très avancées avec un groupe d’envergure mon...

N’ayant pas échappé à la crisse des télécommunications, COM One se restructure en s’appuyant sur deux partenaires industriels majeurs. Des négociations très avancées avec un groupe d’envergure mondiale, en fort développement, vont se concrétiser par une augmentation de capital réservé. Les dirigeants actuels resteront cependant majoritaires. Se recentrant sur son activité principale de recherche et développement (liaisons radio, GSM, Bluetooth, GPRS et les transmissions filaires –câble, ADSL-), elle en assurera les études et la production sur le plan mondial dès janvier 2002. Fortement développée en 2001, grâce notamment aux contrats de haute sécurité dans le domaine bancaire, l’activité Vidéo Transmission Numérique va faire l’objet d’une création d’une société commune avec l’un des leaders européens du marché. COM One détiendra 30 % du capital de la nouvelle entité. Dès le 1er janvier 2002, cette structure bénéficiera d’un important réseau commercial implanté dans toute l’Europe. En conjuguant ces deux opérations à une compression des frais de structure, COM One vise le retour à l’équilibre début 2002. La conclusion finale de ces accords sera annoncée prochainement. Par ailleurs, COM One annonce le Radio Screen Saver (brevet en cours) permettant de diffuser des informations sans aucune connexion physique sur les écrans de veille des ordinateurs, via les émetteurs de stations radio FM suivant le protocole de la sous-porteuse DARC. Les informations arrivent par une simple antenne radio, sans coût de ligne téléphonique et sans abonnement. Une première zone de couverture sur l’ensemble de la région parisienne sera testée avec Radio France dès octobre 2001. Cette activité sera filialisée et fera appel aux investisseurs pour assurer son développement. Le récepteur Radio Screen Saver coûtera moins de 250 F. Pour 2002, COM One table sur une progression de son chiffre d’affaires de 15 à 20 % et le retour à la rentabilité. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 21/09/2001)