Cinq mois après l'arrivée de Canal + comme actionnaire majoritaire ( 85 %) en lieu et place de la Compagnie Générale des Eaux, la CGV change tout. Tout d'abord son nom. Pour rappeler sa filiation av...

Cinq mois après l'arrivée de Canal + comme actionnaire majoritaire ( 85 %) en lieu et place de la Compagnie Générale des Eaux, la CGV change tout. Tout d'abord son nom. Pour rappeler sa filiation avec Canal +, elle devient NC NumériCABLE avec le mot câble en capitales blanches sur fond noir. Paul-Henri Vintrou, son nouveau président et Denis Olivennes, le directeur général vont devoir rééquilibrer les comptes pour l'an 2000 (en 1997, pour un chiffre d'affaires de 740 millions de F, la CGV a perdu 300 millions. Les pertes totales en dix ans s'élèvent à 3,5 milliards de F). A partir du 25 février, NC-NumériCABLE relance son offre commerciale en direction de ses 600 000 clients dont 232 000 en service collectif et 376 000 abonnés individuels. L'offre comprendra désormais deux forfaits en analogique (7 chaînes familiales + les hertziennes pour 89 F, ou 16 chaînes + les hertziennes pour 179 F), deux accès numériques à 159 F (Kiosque) et 220 F (6 chaînes françaises supplémentaires + 6 étrangères et 40 radios), cinq choix de bouquets et des options. Ultérieurement, elle intégrera l'accès à Internet et aux services en ligne d'AOL. NumériCABLE communiquera son calendrier sur ces nouveaux services au mois d'avril. Canal + va investir sur trois ans 600 millions de F sur le réseau. Afin d'alléger le poids de ses investissements, Canal + envisage toujours de faire entrer au tour de table de nouveaux investisseurs. Selon ses dirigeants, le groupe regarde par ailleurs "attentivement" la vente du réseau Videopöle par EDF s'il devait permettre de "conforter les positions" de l'ex-CGV. (Les Echos - Libération - La lettre de l'Audiovisuel - La Tribune - Le Figaro - 13/02/1998)