L'accroissement de la population, notamment urbaine et les problématiques environnementales accélèrent les investissements en technologies dédiées à mettre au point les fameuses "smart cities".

Le concept de ville intelligente s'affine et se concrétise

Alors qu'en 2010, 8,1 milliards de dollars ont été dépensé pour la création de technologies dédiées aux villes intelligentes, ce chiffre devrait passer à 39,5 milliards de dollars en 2016. Ces données sont révélées par une étude d'ABI Research, qui compile une centaine de projets de villes intelligentes à travers le monde. La plupart des initiatives référencées prenant place en Europe (38), Amérique du Nord (35) et Asie (21). Pour Joshua Flood, Senior Analyst chez ABI Research, ce phénomène s'explique facilement. "Il devient critique pour les villes de se développer intelligemment pour répondre aux besoins de leurs citoyens et des entreprises", explique-t-il à L'Atelier. La raison en est simple : "Plus de 50% de la population mondiale habitent dans des villes. Selon les Nations Unies, d'ici à 2050, il y aura 2,2 milliards de personnes en plus sur la planète (on passerait de 6,9 à 9,1 milliards d'habitants)", note-t-il.

Un besoin motivé par une population urbaine grandissante

Et d'ajouter : "Dans le même temps, les deux tiers de la population mondiale résideront en zone urbaine (3,4 à 6,3 milliards). ". Si la priorité de ces projets était jusqu'ici la constitution de réseaux intelligents, les dépenses des cinq prochaines années devraient s'orienter vers des moyens de transport et d'administration automatisés (e-ID...) mais également vers des solutions pour préserver l'écosystème. Plusieurs modèles existent en termes de villes intelligentes. L'étude s'attarde sur Holyoke dans le Massachusetts, une ancienne cité agricole, frappée par la crise. Financée par Cisco, la ville prévoit une refonte totale de son cœur urbain : un nouveau terminal de transports, des buildings multi-usages visant à améliorer les services en matière d'éducation, de santé et d'économie afin de rapatrier en centre ville des populations exilées dans les banlieues. 

Différentes formes de villes intelligentes

Le but étant de créer un modèle pour toutes les villes au profil semblable aux Etats-Unis. De son côté, Amsterdam a pris le chemin d'un projet environnemental, en partenariat avec des sociétés d'innovations et d'opérateurs réseaux hollandaises. En s'associant étroitement avec les citoyens, les entreprises et les pouvoirs publics, la ville a mis en place des mesures écologiques visant à diminuer sa production en CO2 de 40% d'ici à 2015. Le dispositif s'appuie principalement sur des stations électriques pour les voitures et les bateaux permettant de se passer de l'essence, l'installation de panneaux solaires pour se connecter à Internet ou encore le lancement d'études sur l'environnement dans les universités locales.

Rédigé par Mathieu Paumard